Ce n’est pas la première fois que Finkie le clown défend des pédocriminels de l’élite, il ne rate aucune occasion pour faire l’apologie de crimes contre les enfants : Polanski, Matzneff, maintenant Duhamel… Demain ce sera qui ? Dutroux ! Finkie veut savoir s’il y a eu consentement ou non, il doute le philosophe sénile ! Il devrait corriger et réécrire le code pénal, ça ira plus vite.

Maintenant qu’il a été viré de LCI, Finkie va crier au complot et à la tyrannie de l’ordre moral car bien entendu il est bien plus grave de se faire virer d’un emploi de chroniqueur que de violer un gamin pendant des années !

De plus ses propos ne sont pas du tout « polémiques », ils sont scandaleux. Point.



Ce que pense Bourdieu du faux philosophe Finkie le clown :  « Ce sont des demi-savants pas très cultivés qui se font les défenseurs d’une culture qu’ils n’ont pas, pour marquer la différence d’avec ceux qui l’ont encore moins qu’eux. Ces gens-là s’approprient l’espace public et en chassent ceux qui ont des choses à dire. Avant de parler du « mal des banlieues », avant de proférer toutes ces conneries qu’on entend chez les intellectuels français, il faut d’abord y aller! Ceux qui portent ainsi des verdicts font du mal parce qu’ils disent des choses irresponsables. Et, en même temps, ils découragent l’intervention des gens qui sont sur le terrain, qui travaillent et qui ont des choses à dire. Actuellement, un des plus grands obstacles à la connaissance du monde social, ce sont eux. Ils participent à la construction de fantasmes sociaux qui font écran entre une société et sa propre vérité. » !


Dans « La Familia grande », Camille Kouchner accuse son beau-père, le politologue Olivier Duhamel, d’inceste sur son frère jumeau lorsque celui-ci était adolescent. »

« Il faut savoir s’il y a eu consentement ou non », a déclaré le philosophe et écrivain dans l’émission « 24h Pujadas ».

LCI renvoie Alain Finkielkraut après ses propos sur l’affaire Duhamel, a appris franceinfo auprès du groupe TF1, confirmant une information de Télérama. « Il faut savoir s’il y a eu consentement ou non », a déclaré le philosophe et écrivain, lundi 11 janvier, dans l’émission « 24h Pujadas » de David Pujadas, dans laquelle il intervient régulièrement. Selon Alain Finkielkraut, dans ce genre d’affaires, « à chaque fois que vous recherchez la spécificité on vous accuse de complicité de crime. »


Ces déclarations font suite à la sortie du livre de Camille Kouchner La Familia grande dans lequel elle accuse son beau-père Olivier Duhamel d’inceste sur son frère jumeau lorsque celui-ci était adolescent. Alain Finkielkraut a choqué en questionnant le consentement de la victime. « On n’a pas les éléments. Y a-t-il eu consentement ? À quel âge cela a-t-il commencé ? Y a-t-il eu ou non une forme de réciprocité ? On parle d’un adolescent. Ce n’est pas la même chose  qu’un enfant » a expliqué l’académicien.


Photo d’illustration : Alain Finkielkraut en 2016. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Radio France
12 janvier 2021