Après le kantien Jean-Baptiste Botul de Frédéric Pagès (Journaliste philosophe au Canard1), boulette historique inconnue jusqu’alors dans le monde des idées et de la pensée ! Après le maintien de Frédéric Taddéi chez France Télévision à la place du footeux italien Rodrigo Taddéi2 de l’As Roma. Aujourd’hui est un autre jour : Botul-Henry Lévy se trompe de Cassen (Entre Pierre et Bernard3) et diffame le Monde Diplomatique… Certains se demandent après pourquoi la presse écrite coule comme une enclume dans la mer, pourquoi plus personne ne veut acheter ces torchettes pour dégénérés mentaux ? Le déshonneur ne semble pas déranger la meute nombreuse et servile qui s’est rendue au Flore pour fêter les 20 ans d’une revue que personne ne lit et dont la seule règle est de promouvoir la médiocrité et la bêtise les plus crasses (Le pédophile et drogueur d’enfants Roman Polanski était de la fête).
Dieu merci, Botul, dans un élan de générosité, a offert aux 12 serveurs de la soirée 100 € chacun de pourboire pour certainement les remercier d’avoir tenu toute une soirée dans un environnement aussi putride, en plein milieu du cadavre intellectuel germanopratin en pleine décomposition… Reste à savoir combien ce cirque durera encore car notre patience a des limites et que l’indignité et le déshonneur ne sauraient perdurer pour l’éternité…
Une force apocalyptique (dans son sens étymologique) déshabille notre Botul de jour en jour et pour notre plus grand plaisir…
Il est possible de tromper les règles du jeu des hommes (surtout lorsqu’ils sont médiocres) mais il est impossible de tromper les règles du Cosmos (ici aussi dans son sens étymologique : L’Ordre immuable des choses).
Selon le Monde Diplomatique : « Bernard-Henri Lévy préside le conseil de surveillance d’Arte, il est membre du conseil de surveillance du Monde, il est actionnaire de Libération, il dispose d’une chronique hebdomadaire dans Le Point. »
Comment un piteux être aussi méprisable peut-il avoir autant de pouvoir dans cette pauvre France ? Voilà la seule et unique question intéressante de l’année. L’existence même de cette tare est-elle légale ; et comment pourrait-elle prétendre servir la France ?
Et que l’on ne dise surtout pas que ce texte est violent car RIEN au monde n’est plus violent que la médiocrité prétentieuse, que la bêtise triomphante.