Alors que la moitié des services d’urgence en France sont en grève et que l’hôpital public est mourant on nous explique qu’il faut faire encore plus d’efforts !!! Ceci n’est pas sérieux ni économiquement ni politiquement ! Tout ceci finira très mal car il est question de la mise en danger de la santé aussi bien du personnel soignant que des malades ! Pendant ce temps, Big Pharma continue de multiplier ses milliards de dividendes avec l’argent de la… Sécu !


Dans le budget 2020 de la Sécu, les hôpitaux publics, dont six sur dix sont en difficultés financières, devront encore faire 800 millions d’euros d’économies.

Même pas quelques miettes de plus, même pas un signe positif. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale présenté ce lundi par le gouvernement a laissé pantois les fédérations des établissements de santé et les syndicats professionnels. L’augmentation de dépenses autorisée à l’hôpital (et en clinique) pour 2020 ne devra pas dépasser 2,1 % de l’enveloppe de 2019, soit 1,5 milliard de plus que l’an dernier et un budget plafonné à 84,2 milliards d’euros. Pour 2019, le gouvernement avait accordé + 2,3 %. D’où l’amertume.

« On nous demande encore de trouver 800 millions d’euros d’économies pour compenser la hausse naturelle des dépenses, s’agace Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France, FHF, qui représente un millier d’hôpitaux publics. On vient de traverser une crise profonde, on plaidait pour avoir un peu d’oxygène ; c’est la douche froide ! On repart pour une…


Photo d’illustration : « On repart pour une période de diète alors qu’il aurait fallu l’inverse pour sortir l’hôpital de la crise » confie Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France. LP/Olivier Arandel

Daniel Rosenweg

LeParisien

1er octobre 2019