Il est formidable d’entendre un ancien premier ministre défendre l’ancien président de la république en avançant l’idée selon laquelle ce dernier serait victime d’une « organisation coordonnée ». Jean-Pierre Raffarin avancerait-il la thèse du complot pour expliquer l’origine de « l’acharnement » judiciaire dont serait victime Nicolas Sarkozy ?