Le Figaro a donc, contrairement à nous, le droit de traiter de sujets complotistes. D’ailleurs, ce même torchon trouve normal que le monde économique puisse décider de nos vies en dehors de tout cadre démocratique ! Ça passe comme une lettre à la poste. À aucun moment ces « journaleux » ne se posent la question de la crédibilité de la proposition d’une solution proposée par ceux-là mêmes qui ont détruit la planète pendant des décennies !


Le Prince Charles, les patrons de l’ONU et du FMI soutiennent l’initiative d’un Forum de Davos 2021, semi-virtuel et plus ouvert pour bâtir un « nouveau contrat social ».

Pour sa première édition post-pandémie prévue en janvier prochain, le Forum de Davos, rendez-vous annuel de l’élite politique et économique mondiale, ne pouvait rester dans « le monde d’avant ». Avec l’art de la formule qui le caractérise, son fondateur et toujours président, l’économiste allemand Klaus Schwab propose une « grande réinitialisation », en anglais, « The Great Reset ». Afin de lancer cette initiative, qui veut fédérer toutes les bonnes volontés du monde, fort de son entregent, le Pr Schwab avait convoqué mercredi lors d’une conférence virtuelle le Prince Charles d’Angleterre, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, la directrice générale du Fonds monétaire international Kristalina Georgieva, le spécialiste de l’économie du climat Lord Stern, les patrons de Mastercard et Microsoft et des représentants de la jeune génération.

« Afin d’assurer notre avenir et de prospérer, nous devons faire évoluer notre modèle économique et placer les humains et la planète au cœur d’une création de valeur mondiale, a déclaré le Prince de Galles, engagé depuis des décennies pour la préservation de l’environnement. S’il y a une leçon essentielle à tirer de cette crise, c’est que nous devons placer la nature au cœur de notre mode de fonctionnement. Nous ne pouvons tout simplement pas perdre plus de temps ».

« Cette pandémie mondiale a également démontré une fois de plus à quel point nous sommes interconnectés, a de son côté souligné Klaus Schwab. Il est de notre devoir de rétablir un système fonctionnel de coopération mondiale intelligente, structuré pour relever les défis des 50 prochaines années ». « Le Covid-19 a accéléré notre transition vers l’ère de la quatrième révolution industrielle, a ajouté le chef d’orchestre de Davos qui revendique la paternité de cette expression, il y a plusieurs décennies. Nous devons nous assurer que les nouvelles technologies dans le monde numérique, biologique et physique restent centrées sur l’homme et servent la société dans son ensemble, en offrant à chacun un accès équitable ». « Nous ne devons pas rater cette fenêtre d’opportunité », insiste-t-il, soutenu dans ce sens par le secrétaire général de l’ONU et la patronne du FMI. Pour passer de l’incantation à l’action, « nous devons mobiliser tous les leaders », a exhorté le Prince Charles.


Photo d’illustration : L’économiste Klaus Schwab et le Prince Charles lors de la 50e édition du Forum de Davos, en janvier 2020. AFP

Le Figaro

3 juin 2020