On se demande bien quel est l’intérêt d’un tel article qui ressemble plus à une commande des flics qu’un véritable travail journalistique. Quel est le rapport entre la mort de M. Cédric Chouviat et le fait qu’il puisse rouler avec ou sans permis ? Quel est le rapport entre sa mort brutale et violente et le fait qu’il ait payé ou non des amendes routières ? Les lecteurs de ce site connaissent très bien l’auteur de cet article, Monsieur Aziz Zemouri, qui s’était ridiculisé il y a déjà quelques années face à Martine Aubry devant la 17e Chambre après avoir bidouillé un faux reportage télé sur le terrorisme, le tribunal l’avait reconnu comme le démontre l’article du Monde du 15 avril 1996 à la page 11 que vous pourrez lire ci-dessous . On sait également qu’il a réalisé un article totalement mensonger sur Monsieur Salim Laïbi, une commande de l’équipe marseillaise Clément Yana et Salah Bariki, l’ex-patron du Crif local ainsi que le conseiller aux cultes de Gaudin.



L’homme de 42 ans est décédé à la suite d’un contrôle policier. Un juge d’instruction doit faire la lumière sur les circonstances de sa mort.

Selon nos informations, Cédric Chouviat faisait l’objet d’une annulation de son permis de conduire depuis le 2 octobre 2018. Il n’avait plus de points. Il était propriétaire de trois scooters qui ont tous été verbalisés à de très nombreuses reprises, notamment pour dépassement des limitations de vitesse, non-respect des feux rouges, stationnement gênant pompiers, trottoir ou piste cyclable. Au total, il devait près de 40 000 euros d’amende au Trésor public pour un total de 375 PV, pour la plupart majorés.

Est-ce que le père de cinq enfants qui, semble-t-il, a besoin de son permis de conduire pour travailler a ces informations en tête lorsqu’il est arrêté par la police et qu’il conteste les injonctions des forces de l’ordre…


Aziz Zemouri

10 janvier 2020