Incroyable passage de la télé française, à peine imaginable ! L’inénarrable Christine Angot et Franz-Olivier Giesbert, répugnant éditocrate germanopratin, ordonnent à un invité de l’émission de Ruquier – transparent et totalement absent pendant l’échange – de s’excuser d’avoir osé critiqué l’entité sioniste et sa volonté d’instrumentaliser la « shoah » afin de pouvoir, sans trop s’attirer de critiques, martyriser le peuple palestinien. Ont-ils au moins lu L’industrie de l’Holocauste : réflexions sur l’exploitation de la souffrance des juifs de Norman G. Finkelstein, lui-même juif et dont le livre a été préfacé par un autre juif, l’excellent Rony Brauman, né à Jérusalem et qu’il sera très malaisé d’accuser d’antisémitisme !

L’invité a la chance d’être un artiste transsexuel venant présenter son travail sur son changement de sexe, autrement il aurait été détruit pour le restant de ses jours… Il fait partie de la maison, mais il a fait une boulette – pardonnable toutefois la boulette s’il présentait ses excuses platement. Il a été néanmoins courageux et il a tenu tête jusqu’au bout. Bravo.

Il faut le voir pour le croire ! Plus de « Charlie », plus de liberté d’expression, le Siècle des Lumières… bla, bla, bla ! Le pauvre FOG en a tremblé nous dit-il, il n’en pouvait plus que l’on pût remettre en cause aussi violemment la plus grande escroquerie de ce siècle, la plus pathétique mascarade jamais osée dans toute l’histoire de l’Humanité ; quand à Christine Angot, c’était la tachycardie qui l’empêchait de parler !

Croient-ils tous que ce mensonge deviendra acceptable à  force de le répéter ou en l’imposant par la force, les menaces et la répression ? N’ont-ils rien appris de l’histoire ces pseudo intellos germanopratins ?



Ce samedi 3 novembre dans l’émission « On n’est pas couché », Christine Angot est revenue, légitimement indignée, sur une tribune du comédien trans Océan, publiée en 2016. Il y soutenait Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des indigènes de la République et applaudissait notamment le fait « d’interroger l’extermination des Juifs d’Europe »…

Océan n’était pas venu pour parler de ça. Le comédien, invité de l’émission On n’est pas couché sur France 2 ce samedi 3 novembre, pensait plutôt évoquer son nouveau spectacle, et notamment son changement de sexe : autrefois humoriste connue pour revendiquer son homosexualité dans ses spectacles, joués sous le pseudonyme « Océane-Rose-Marie », la comédienne a pris conscience qu’elle se sentait être un homme en 2016, avant d’opérer un traitement hormonal pour vivre pleinement avec une identité masculine. Depuis mai, il se fait désormais appeler Océan.

Mais ce n’est pas sur le sujet de la transition femme-homme et de l’identité de genre qu’a choisi d’insister Christine Angot. Au moment d’interroger Océan, l’écrivain lui rappelle une tribune, écrite en 2016 et publiée dans Libération. C’est un texte de défense sans équivoque d’Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des indigènes de la République (PIR), qui faisait alors polémique pour son livre Les Blancs, les Juifs et nous. Dans cet ouvrage, celle qui se présente comme une militante antiraciste dénoncait notamment le « philosémitisme béat » qui règnerait en France, et appellait les Juifs à renoncer à la France et à Israël, Etat qui selon elle ne devrait pas exister. Houria Bouteldja écrivait, entre autres : « On ne reconnaît pas un Juif parce qu’il se déclare juif mais à sa soif de vouloir se fondre dans la blanchité« …