Ils sont clairement plus intelligents que les peuples occidentaux ! Ils n’ont vacciné que 2000 personnes au Sud-Soudan, pas une de plus. La moitié à peine des vaccins envoyés a été utilisée car de plus en plus de gens ne croient plus la propagande officielle dictée par Big Pharma. Il faut dire que l’Afrique a l’habitude des escroqueries mortelles de Big Pharma et s’en souvient…


Le Sud-Soudan a rejoint le Malawi pour être parmi les seuls pays africains à détruire des milliers de vaccins Covid-19 périmés.

Juba envisage de se débarrasser de plus de 60 000 doses du vaccin Covid-19 d’Oxford/AstraZeneca qui ont expiré avant d’avoir pu être utilisées, a déclaré lundi un responsable du ministère de la santé.

« Lorsque les doses sont arrivées ici, nous avons réalisé que la durée de vie (restante) du vaccin n’était que de 14 jours », a déclaré à l’AFP Richard Lako, responsable de la crise du Covid-19 au ministère de la Santé.

Il a ajouté que les médicaments avaient depuis expiré et qu’ils étaient « déjà enfermés quelque part pour être traités le plus rapidement possible ».

M. Lako a indiqué que le ministère et l’Autorité des médicaments élaboraient un plan pour s’en débarrasser, notamment en les renvoyant à l’UA.

Fin mars, le Sud-Soudan, l’un des cinq pays les moins développés du monde selon l’indice de développement humain (IDH), a reçu 132 000 doses du vaccin Oxford/AstraZeneca dans le cadre du programme Covax, qui vise à garantir un accès équitable aux vaccins contre le Covid-19, notamment dans les pays pauvres.

La campagne de vaccination n’a duré qu’une semaine et jusqu’à présent, seules 2 000 personnes, principalement du personnel médical, ont été vaccinées.

Comme dans d’autres pays d’Afrique et du monde, la crainte des effets secondaires et les rumeurs mettant en doute l’innocuité du vaccin, ou affirmant qu’il provoque l’impuissance, ont suscité la méfiance de la population.

« Le problème, ce sont les rumeurs selon lesquelles les gens souffrent d’effets secondaires, que le vaccin n’est pas sûr », explique M. Lake.

Le Soudan du Sud a enregistré jusqu’à présent 10 475 cas de Covid-19, dont 114 sont morts. Le pays n’a effectué qu’environ 144 000 tests pour une population estimée à 12 millions d’habitants.

Indépendant depuis sa partition du Soudan en 2011 après des décennies de guerre de libération, le Soudan du Sud a replongé dans une guerre civile meurtrière fin 2013.

Vaccin au Malawi

Le Malawi a détruit plus de 16 000 doses de vaccin après qu’elles aient atteint leur date d’expiration.



Sur les 102 000 doses envoyées par l’Union africaine (UA), quelque 16 400 n’ont pas été utilisées et ont expiré le 13 avril, a indiqué le ministère à l’AFP.

Sur le total des 530 000 doses reçues dans le pays via le programme Covax, le gouvernement indien et l’UA, qui sont tous des vaccins AstraZeneca, seuls 46% ont été utilisés.

« Nous avons utilisé la plupart des vaccins envoyés par l’UA. Mardi, lorsqu’ils ont expiré, il n’en restait que 16 400 qui n’avaient pas été utilisés et qui vont maintenant être détruits et jetés », a déclaré la ministre à l’AFP.

Depuis les premières vaccinations en mars, le Malawi n’a vacciné que 300.000 personnes sur les 11 millions visées, soit un objectif de quelque 60% de la population « à protéger suffisamment », selon la ministre.


Photo d’illustration : un technicien de laboratoire teste des échantillons pour le COVID-19 dans un laboratoire à Juba, au Sud-Soudan, le 6 avril 2020. Copyright © africanews
ALEX MCBRIDE/AFP ou concédants de licence.

 Michael Oduor

Africa News

19 avril 2021

Titre de l’article original en anglais : South Sudan joins Malawi in destroying thousands of expired Covid jabs

Traduction : Lelibrepenseur.org avec DeepL Translator