Pas facile d’y voir clair dans cette guerre apocalyptique qui s’annonce. Mais on va essayer. Vous avez des groupes qui brûlent de s’affronter, de s’entretuer : les nationalistes anti-islam et les islamistes anti-kouffars. Ils brûlent de s’entretuer autour d’un arbitre : Israël. Un rabbin francophone, ancien de Tsahal, nous avait avertis, ces groupes se feront une guerre définitivement auto-destructrice, ils entreront dans cette guerre qu’ils le veuillent ou non, en « les tirant par les cheveux s’il le faut », et « le vainqueur sera Israël », prédisait-il, le « vainqueur » des nations, un « vainqueur » qui soumettra définitivement et les Européens et les musulmans. Je vais finir par croire que ces oligarques shekelocrates ont raison, les Goys sont particulièrement stupides.

Les tueries de masse sous bannière islamiste relayées hystériquement par les médias de cette oligarchie nous faisaient craindre que cette guerre était inéluctable (surtout quand on voyait des islamistes se faire soigner dans des hôpitaux israéliens), on redoutait cette réaction fatale des nationalistes anti-islam, signal du début de cette guerre, mais cette réaction ne vint pas. Ce qui vint à la place fut une explosion de colère jaune contre… cette oligarchie ! Panique chez les shekelocrates. Impossible de contenir cette colère populaire, même en les traitant de populistes, de haineux, d’antisémites… Inébranlablement, chaque samedi cette colère jaune se manifesta dans toute la France. Cette colère fut telle qu’elle traversa les frontières, une colère notamment soutenue par Salvini en personne, le ministre populiste italien. Cette oligarchie ne savait plus quoi faire contre cette montée en puissance des populismes. Bernard-Henry Lévy fit et fait toujours une tournée théâtrale pour dénoncer la menace populiste européenne, c’est-à-dire d’extrême-droite, signifiant que la menace populiste a brusquement supplanté la menace islamiste. Et c’est exactement à ce moment qu’est perpétré un meurtre de masse en Nouvelle-Zélande dans deux mosquées par un Australien d’extrême-droite. C’est fou, non ? Une cinquantaine de morts et de nombreux blessés.

Un tel carnage devrait permettre à cette oligarchie de convaincre Bruxelles d’interdire purement et simplement l’extrême-droite en Europe, c’est-à-dire le nationalisme européen anti-Bruxelles… Orban, Salvini, etc. Le Brexit, soutenu par Trump, avait déjà fragilisé Bruxelles, il fallait donc frapper un grand coup sur les populistes. Et c’est chose faite avec ce carnage providentiel… Vous comprenez, ces oligarques shekelocrates ont besoin de cette Europe bruxelloise sans-frontières (ni nationales, ni morales), ultra-immigrationiste et ultra-libérale pour alourdir toujours plus le dumping social et fiscal en Europe et le pillage en Afrique. Les nationalistes européens sauveront l’Europe s’ils ne tombent pas dans ce piège de la violence tendu par cette oligarchie, et ils ne la sauveront pas au détriment de l’Afrique, de l’Asie ou du Moyen-Orient. Lénine écrivait en 1916, « L’humanité ne peut aboutir à la fusion inévitable des nations qu’en passant par la période de transition de la libération complète de toutes les nations opprimées, c’est-à-dire de la liberté pour elles de se séparer (de ce qui les opprime) », et préconisait « le droit des nations à disposer d’elles-mêmes », que la perfide ONU a transformé en « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » pour morceler les nations… Il faut donc reprendre la préconisation de Vladimir Ilitch en supprimant le tropisme mondialiste délirant, «la fusion inévitable des nations ». La coopération intelligente entre les nations n’est pas humainement impossible, à condition que cette coopération identifie l’ennemi, celui qui se voit déjà vainqueur des nations : Israël.

Dans son livre intitulé Redaktor’n Har Ordet, publié en 2013, à la page 257, Lars Ulwencreutz nous rapporte ces propos tenus dans Israël Magazine, en 2003, par l’israélien Itzhak Attia, adjoint du Bureau des Relations avec les pays francophones à l’institut Yad Vashem de Jérusalem : « Même si la raison nous dit, même si elle nous crie de toutes ses forces l’absurdité de cette confrontation entre un tout petit peuple aussi insignifiant que le peuple d’Israël et le reste de l’humanité… aussi absurde, aussi incohérent, aussi monstrueux que cela puisse paraître, nous sommes bien engagés dans un combat intime entre Israël et les Nations qui ne peut être que génocidaire et total, parce qu’il en va de nos identités respectives ».
Nationalistes de toutes les nations, si nous ne voulons pas disparaître en tant que nations, ne cherchons donc plus à être le vainqueur des nations, unissons-nous contre Israël !