Cette manipulation grossière démontre à quel point il est facile de lancer une personne en politique en France. Il suffit de manipuler d’une main de maître les partis politiques ainsi que les médias via un réseau maçonnique ultrapuissant. Monsieur Raphaël Glucksmann n’existe pas en tant qu’homme politique ni en tant que penseur, il n’a jamais rien produit d’utile, il n’est que le fils à son papa et pourtant le parti socialiste va s’effacer pour lui laisser la voie libre lors de ces européennes.

Le cas de Raphaël Glucksmann est d’autant emblématique de ces manipulations politicomédiatiques qu’il est le compagnon dans la vie de Léa Salamé ! On ne peut être plus explicite.


L’essayiste va lancer une liste en compagnie de la militante écologiste Claire Nouvian. Il veut « ébranler la scène politique ».

L’essayiste Raphaël Glucksmann, cofondateur du parti Place publique, annonce vendredi 15 mars sur France Inter sa décision de mener, avec la militante écologiste Claire Nouvian, une liste aux élections européennes du 26 mai. Il ajoute qu’il  « propose sa candidature pour être tête de liste ». Pour lui, cette initiative « vise à ébranler la scène politique ».

Raphaël Glucksmann a précisé son souhait de lancer une troisième offre cohérente à côté de « l’offre des nationalistes et des populistes » et de « l’offre libérale qui gouverne aujourd’hui la France et la Commission européenne ». Il a défendu « une troisième offre, celle qui n’arrive pas à émerger, une offre écologique et sociale. Un dépassement de la social-démocratie, une régénération de la social-démocratie à travers l’écologie. »

Un appel aux partis de gauche

« On va lancer une campagne en tandem avec Claire Nouvian, a indiqué Raphaël Glucksmann. On propose une liste commune et on appelle les partis politiques à adhérer » à cette initiative. « Ce ne sera pas qu’une liste avec des logos de partis politiques qui seraient pour une Europe sociale et solidaire. Elle n’a pas encore de nom, ça se discute avec les gens qui se rassemblent. On ne va pas dire : voilà l’ordonnancement, voilà les gens qui sont dessus, voilà le nom, et par ailleurs, merci de nous apporter vos militants. Ce n’est pas comme ça que ça se passe. »

« Nous on y va, on est prêts à prendre la tête de cette campagne et on demande aux forces politiques de nous rejoindre. » Raphaël Glucksmann à France Inter

« On sait que la direction du Parti socialiste est prête à sortir de ses meubles, ce qui est un acte incroyable. On sait que Nouvelle donne [mouvement politique lancé par Pierre Larrouturou] et les acteurs du pacte finance-climat sont prêts à venir. On sait qu’au sein des autres mouvements ça tangue. Les électeurs veulent ce rassemblement » a poursuivi Raphaël Glucksmann. « Je suis confiant que dans 15 jours on se reparle. Et je suis convaincu que Génération.s [le parti de Benoît Hamon] nous rejoindra ».

Le Parti socialiste pourrait approuver samedi le principe de rejoindre cette liste pour les élections du 26 mai. Selon l’entourage du premier secrétaire Olivier Faure, il y aurait une parité sur les dix premières places entre les candidats issus du Parti socialiste et ceux d’autres formations politiques.

Sans La France insoumise et EELV

En revanche, Raphaël Glucksmann n’appelle pas La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon à y adhérer car « on n’a pas la même vision de l’Europe ». « J’ai parlé pendant cinq heures avec Jean-Luc Mélenchon, on n’a pas la même vision de l’Europe. Il y a une sorte scepticisme chez Jean-Luc Mélenchon vis-à-vis de la construction européenne, de l’idéal européen, de la possibilité même de créer une démocratie à l’échelle européenne qui m’empêche de faire un combat commun avec la France insoumise. La condition pour notre offre politique c’est une forme d’enthousiasme à l’égard de l’idée européenne. »

Au sujet du cavalier seul d’Europe Ecologie-Les Verts, Raphaël Glucksmann a rappelé qu’il a proposé à Yannick Jadot, il y a trois semaines, de faire une liste commune écologiste avec le PS et Génération.s. Yannick Jadot a refusé. « La réponse, c’est non, on reste chacun dans son coin, on a déjà une logique. Non, on a déjà une campagne qui est lancée, non on va se compter. » Les Verts font leur meilleur score pendant les élections européennes.

Mais pour Raphaël Glucksmann cela ne justifie pas de vouloir y aller seul. « Si en 2030, comme le dit le Giec, on bascule dans l’irréversibilité de la crise climatique, si on dit que ce face à face entre libéraux et nationalistes va entraîner l’arriver au pouvoir des Salvini d’ici et d’ailleurs, si on est conscients de ça, si on croit dans les mots qu’on prononce on doit faire ce rassemblement. On doit porter le principe de l’écologie le plus haut possible. »

Martine Aubry appelle au rassemblement

Martine Aubry a rapidement réagi et appelle au rassemblement derrière la liste proposée par Rahaël Glucksmann. « La France va mal. L’Europe va mal. Tous ceux à gauche qui se battent pour une Europe sociale, écologique…