Pendant qu’Éric Zemmour multiplie les appels à la haine contre les musulmans et qu’il collectionne les condamnations pour incitation à la haine religieuse, des milices d’extrême droite sont en cours de formation sur le sol européen ! Tout va bien, on continue de diffuser des idées islamophobes en expliquant que l’islamophobie n’existe pas…


Les groupes extrémistes ciblent soldats et agents de police, qui possèdent des armes et maîtrisent des techniques de combat.

Un rapport confidentiel d’Europol obtenu par les médias allemands Süddeutsche ZeitungWDR et NDR, indique que, non contente de recruter, l’extrême droite européenne le fait dans les rangs des militaires et des forces de police.

« Dans l’objectif de renforcer leurs capacités physiques et leur aptitude au combat, les groupes d’extrême droite tentent de recruter des membres des services militaires et de sécurité, afin d’acquérir leur expertise dans ce domaine », indique le rapport.

De nombreux pays européens se montrent de plus en plus préoccupés par la montée de l’extrémisme dans les services de sécurité. Un phénomène lié, en partie, à différentes affaires impliquant des personnes radicalisées qui ont fait la une des journaux. En novembre 2018, un caporal de l’armée britannique, Mikko Vehvilainen, fut condamné à une peine de huit ans de prison après avoir tenté de recruter auprès d’autres enrolé·es pour le compte du groupe néonazi interdit Action nationale. Âgé de 34 ans, il redoutait l’arrivée d’une guerre « raciale » et voulait établir une « colonie réservée aux Blancs » dans un village gallois. Un an plus tôt, c’était un officier militaire allemand qui était arrêté pour préparation d’attaque terroriste après s’être fait passer pour un réfugié syrien.

Un nouvel arsenal se développe

Outre l’achat d’armes et d’explosifs, l’extrême droite investit le champ des arts martiaux, où le recrutement de nouveaux membres va bon train. Le 3 septembre 2019, le combattant de MMA néonazi Denis Kapustin, de nationalité russe, s’est vu interdire l’accès à vingt-six pays européens en raison de la menace qu’il représente. Mais il continue de susciter des vocations chez certains hooligans européens, et fait la promotion du suprématisme blanc à travers sa marque de vêtements et d’accessoires de sport, White Rex


Photo d’illustration : selon un rapport confidentiel d’Europol, l’extrême droite européenne cherche à enrôler de nouveaux membres dans l’armée et la police | Sebastian Pociecha via Unsplash

Odile Romelot

Slate

30 septembre 2019