Contrairement à l’ingérence politique ahurissante d’Emmanuel Macron concernant le Venezuela, piétinant allègrement le droit international et se soumettant encore une fois à Washington, sous couvert de démocratie et de droits de l’homme bien sûr, l’Italie a refusé de s’aligner sur Paris et ce n’est pas le seul pays européen.


L’Italie, la Grèce, la Belgique et l’Irlande ont refusé de suivre la quinzaine de pays européens qui ont reconnu Juan Guaido, comme « président par intérim ».

L’Italie, la Grèce, la Belgique et l’Irlande ont refusé de suivre la quinzaine de pays européens qui ont reconnu lundi le président du Parlement vénézuélien Juan Guaido, comme « président par intérim ».

Ces positions bloquent ainsi l’adoption d’une position commune de l’Union européenne (UE) reconnaissant au président de l’Assemblée nationale du Venezuela Juan Guaido la légitimité pour organiser une nouvelle présidentielle après le refus du président Maduro de convoquer un nouveau scrutin.

Après Londres, Madrid, Paris reconnaît Guaido comme président par intérim du Venezuela

« Il n’y aura sûrement pas de déclaration commune de l’UE car certains États membres s’y opposent », a averti le chef de la diplomatie espagnole Josep Borell lors d’un point de presse à Bruxelles où il participe à une réunion ministérielle entre l’UE et la Ligue arabe pour préparer le sommet de Charm-el-Cheik.

Lundi 4 février, quatorze États membres de l’UE – Espagne, France, Royaume-Uni, Danemark, Pays-Bas, Lituanie, Lettonie, Estonie, Portugal, Autriche, République tchèque, Suède, Finlande et Luxembourg – avaient reconnu individuellement Juan Guaido comme président en charge pour organiser une nouvelle élection, rôle que lui confie la Constitution du Venezuela.

Réserves de la part de la Grèce, de la Belgique et de l’Irlande

Quatre sources diplomatiques ont confirmé à l’AFP l’impossibilité de faire adopter cette déclaration commune. L’Italie a refusé d’entériner le texte du projet, tout comme la Grèce, ont précisé ces sources.

Reuters rapporte que l’Irlande a également émis des réserves. Aux journalistes qui lui demandaient, lundi à Bruxelles, si l’Irlande reconnaîtrait Juan Guaido comme président par intérim, le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, a déclaré aux journalistes : « Non, notre position est claire. Nous voulons des élections libres et équitables permettant au peuple de prendre une décision démocratique au Venezuela. »

Pour sa part, la Belgique n’a pas mentionné de reconnaissance d’une présidence par intérim de Juan Guaido. « Nous soutenons @jguaido dans sa mission d’organiser des élections libres et transparentes, permettant à la population de s’exprimer librement et de mener la réconciliation au Venezuela », a tweeté le chef de la diplomatie Didier Reynders…


Photo d’illustration : Juan Guaido à Caracas le 23 janvier 2019 – (Federico Parra / AFP)

L'Obs avec AFPavec AFP