poisson


Ah ben nous y voilà encore, une démonstration nette et précise de la réalité factuelle du lobby qui n’existe pas. Un candidat à la primaire du centre-droit n’a pas le droit de faire de la politique, plus exactement de la géopolitique, car comme chaque Français le sait les lobbies existent : pour ou contre OGM, lobby LGBT, celui des banksters, la franc-maçonnerie, celui du lait, du sucre, le surpuissant LEEM de Big Pharma, le lobby atlantiste, qatari,… mais pas le lobby juif sioniste qui assure ses intérêts ; qui peut leur en vouloir d’ailleurs de le faire !

La médiatisation d’un tel non-sujet démontre que quelque chose ne tourne pas rond en France et qu’il ne s’agit plus de lobbying mais de terreur et de chantage : carrière brisée, procès fleuves, excommunication médiatique…


Suite à ses propos sur les « lobbies sionistes », Jean-Frédéric Poisson a jusqu’à mardi 25 octobre pour s’excuser. Sinon la commission d’organisation de la primaire à droite engagera une procédure d’exclusion,  

La commission d’organisation de la primaire à droite se réunira mardi 25 octobre pour décider de la suite à donner aux propos sur les « lobbies sionistes » émanant de Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate (PCD). Le candidat a jusqu’à cette date pour s’excuser, sinon, la commission pour la primaire engagera une procédure d’exclusion, a appris vendredi franceinfo.

La commission réunira le président de la commission, Thierry Solère, les représentants des sept candidats, et Anne Levade, présidente de la Haute autorité pour la primaire de la droite.

Jean-Frédéric Poisson, candidat à la primaire de la droite, a déclaré, dans l’édition du du quotidien Nice-Matin de mercredi, que « la proximité de Mme Clinton avec les super financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l’Europe et la France. » Les propos du candidat à la primaire de la droite ont provoqué un tollé au sein du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Plusieurs élus et responsables politiques ont aussi vivement réagi. Christian Estrosi, président LR de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), a jugé vendredi 21 octobre sur franceinfo que Jean-Frédéric Poisson devait s’excuser, s’il voulait garder sa place dans la primaire.

France TV Info