Ce n’est pas la plus grosse bourde réalisée en France puisque des gamins de moins de 12 ans ont été vaccinés et puis de toute façon un poison périmé ou pas reste un poison.



Des doses de vaccin Pfizer ont été administrées à environ 260 personnes alors que la date d’utilisation était dépassée.

Selon l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes, elles ont été injectées en septembre dans la Loire, notamment à des collégiens de sept établissements.

L’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes reconnaît « une erreur collective des professionnels » Le 21 septembre, les équipes de l’ARS ont été informées que des doses de vaccin Pfizer contre le Covid-19 avaient été injectées à environ 260 personnes alors que la date d’utilisation recommandée était dépassée.

Au moins une centaine de collégiens concernés

Ce lot de vaccins, décongelé le 6 août dernier, pouvait en théorie être administré jusqu’au 5 septembre. Mais les doses ont été utilisées pour des opérations de vaccination entre le 7 et le 21 septembre. Cela concerne au moins une centaine d’élèves de sept collèges de la Loire : les collèges Claude Fauriel, Jules Vallès et Marc Seguin à Saint-Étienne, le collège Jean Rostand à Saint-Chamond, les collèges du Pilat et Saint-Joseph à Bourg-Argental et le collège l’Astrée à Boën-sur-Lignon.

Pas de risque pour la santé selon l’ARS

Ces vaccins ont aussi été utilisés lors d’opérations de vaccination « Aller vers » dans les communes de Firminy, de La Ricamarie, de Roche-la-Molière et du Chambon-Feugerolles. L’ARS s’est rapprochée de l’Agence nationale de sécurité du médicament, qui précise qu’il n’y a pas de risque identifié pour la …


Photo d’illustration : Des doses de Pfizer contre le Covid-19 . © Radio France – Pierre-Antoine Lefort

29 septembre 2021