Au delà du fait que nous détenions, ici, la preuve que l’information n’est pas libre en France et qu’elle est manipulée pour tromper le public, cette affaire démontre 2 choses assez inquiétantes. Premièrement, les médias officiels, et notamment publics, sont les premiers vecteurs de fausses nouvelles et de fake news ; c’est un fait. Deuxièmement, et là c’est vraiment déstabilisant et très inquiétant : comment la personne qui a effectué cette manipulation a-t-elle pu penser un seul instant, que cela passerait inaperçu ? Il faut être véritablement dénué de raison pour oser une telle chose en se disant « c’est bon, ils ne vont y voir que du feu » ! Et vu l’état d’esprit inquiétant de cette chaîne, lorsqu’ils seront pris la main dans le pot de confiture, ou plus exactement sur le clavier de Photoshop, ils vont expliquer que c’est une « erreur humaine » ! Il y a plus de chances de gagner 1000 fois de suite au loto  qu’une telle manœuvre puisse relever de l’erreur humaine, mais ils ont quand même osé le dire en croyant encore une fois qu’on ne verrait que du feu…

Malgré tout cela, d’aucuns continuent à se demander pourquoi plus personne ne croit les médias officiels et les politiciens voyous qui nous dirigent. Comme si cela ne suffisait pas, ils s’interrogent encore sur les raisons de cette défiance !


Les équipes de France 3 ont-elles censuré un message hostile à Emmanuel Macron sur une pancarte? C’est ce que de nombreux gilets jaunes et plus largement des internautes dénoncent après la disparition du mot « dégage » -destiné au président de la République- sur un un écriteau brandi lors du sit-in organisé devant l’Opéra Garnier à Paris ce samedi 15 décembre, dans le cadre de l’acte V du mouvement. On y voit des manifestants sur les marches de l’opéra, faisant face à la police montée.

Les messages d’indignation se multiplient sur les réseaux sociaux et jusqu’aux responsables politiques, à l’image du député Insoumis Alexis Corbière. Ces publications relaient une capture d’écran du journal « 19/20 » de France 3(voir la séquence vers 4:06), comparée la photo originelle de l’AFP montrant la scène. Et comme vous pouvez le voir ci-dessous, la mention « dégage » sous le nom du président de la République a bel et bien disparu dans les images diffusées par la chaîne de télévision…

Contactée par Libération, la chaîne a plaidé l’« erreur humaine. » « Une enquête est en cours. Une personne opérationnelle est intervenue, la rédaction en chef n’a pas décelé la modification. Nous allons communiquer très rapidement pour donner des explications et diffuser la photo d’origine », indique France 3…