C’est avec ce genre de réaction que l’on comprend à quel point les gens sont hypocrites et à quel point ils sont malsains. Hier, Charlie hebdo correspondait à la liberté, aux lumières, au génie français… dès qu’il était question de critiquer l’islam et des musulmans et d’humilier leur prophète. La Doxa avait même osé exiger à tous d’être Charlie autrement on était catalogué islamiste-terroriste-intégriste, ennemi de l’Humanité.

Aujourd’hui, après la Une concernant les soldats morts au Mali, ils sont tous choqués par un tel irrespect. Les mêmes qui nous expliquaient hier que l’on avait droit en France au blasphème ne sont pas capables aujourd’hui de supporter ce minuscule blasphème. Il faut être cohérent pour être crédible.

Par contre, la position des musulmans est la plus saine, la plus logique et la plus constante. Nous avons toujours expliqué que Charlie hebdo n’avait pas de talent et que c’était un journal qui était en faillite et qui avait besoin de faire des buzz pour augmenter son tirage, essentiellement en s’attaquant aux musulmans ! En réalité, la rédaction de Charlie hebdo, à défaut de talent, recherchait la facilité. Hier avec les musulmans ou aujourd’hui avec ces morts et leurs familles, ces gens n’ont jamais rien respecté de leur vie. Rappelons à tous qu’ils se sont écharpés tels des hyènes sur un cadavre lorsqu’il s’était agi de récupérer l’argent des dons collectés suite au massacre !


Le journal a détourné cinq affiches d’une campagne de recrutement de l’armée de terre en ironisant sur la mort des treize militaires au Mali.

« Notre journal se doit de rester fidèle à son esprit satirique, parfois provocateur ». Le directeur de Charlie Hebdo a adressé une lettre au chef d’état-major de l’armée de terre, dimanche 1er décembre, pour s’expliquer sur la polémique liée à la publication sur son site de caricatures en lien avec la mort des treize soldats français au Mali.

À la veille de l’hommage national qui sera rendu aux militaires, lundi, Riss écrit aussi être « conscient de l’importance du travail effectué par les soldats français pour lutter contre le terrorisme », lui-même blessé en janvier 2015 lors de l’attaque menée dans les locaux de son journal.

« Qu’avons-nous donc fait pour mériter un tel mépris ? »

Ses dessins n’ont en tout cas pas fait rire les militaires. À commencer par le chef d’état-major de l’armée de terre, Thierry Burkhard. Sur Twitter, il a fait part samedi de sa « profonde indignation » et de son « incompréhension ». Dans sa lettre adressée à Riss, le général évoque notamment « une peine immense qui m’envahit en pensant au nouveau chagrin que vous infligez à ces familles déjà dans la souffrance ». « Qu’avons-nous donc fait pour mériter un tel mépris ? » s’interroge-t-il également.


Chef d’état-major de l’armée de Terre

Lettre ouverte au directeur de la publication de @Charlie_Hebdo_

Voir l'image sur Twitter

damien Jeanne@Damienjea

Je manque certainement d’humour (noir), de second degré, mais là impossible pour moi de cautionner. C’est tout simplement inadmissible.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

avatar

France Télévisions
1er décembre 2019