C’est justement ces cadres de la finance qui devraient être plus nombreux dans les rues à manifester, car ils savent parfaitement qu’un pays aussi riche que la France ne peut pas être peuplé par autant de pauvres, accablés par tant de misère ! Il est évident qu’une grande partie du PIB est détournée ailleurs…


C’est un témoignage que l’on entend peu depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites : celui des cadres supérieurs ou haut-fonctionnaires engagés contre le projet.

Le collectif « les Infiltrés » porte la voix de certains. Comme celui que nous avons rencontré de façon anonyme.


Dans le cortège du 9 janvier 2020 à Paris.Dans le cortège du 9 janvier 2020 à Paris. Crédits : Noémie Coissac / Hans Lucas – AFP

Ils ou elles sortent des écoles les plus prestigieuses du pays, sont haut-fonctionnaires ou occupent des postes importants dans le privé. Pourtant, ils ou elles souhaitent participer au renversement du système néolibéral qu’ils rejettent en bloc, en raison des enjeux écologiques et sociaux actuels. Un collectif anonyme baptisé « les Infiltrés » porte la voix de 300 d’entre eux, elles, qui ont publié la semaine dernière une tribune dans Libération intitulée « Nous, cadres sup, aux côtés des grévistes« .

Rencontre avec l’un d’entre eux, qui occupe un poste à responsabilité dans la finance depuis quinze ans et estime que « la réforme des retraites est peut-être la réforme de trop après quarante ans de politiques néolibérales« .

« Je n’ai pas envie de m’arrêter au personnage Macron. Il appuie sur la pédale de l’accélérateur »

Anonymat oblige, il faut se faire un peu discret lorsqu’on rencontre ce polytechnicien dans l’un des bureaux feutrés de l’entreprise où il travaille à Paris. Comme les autres cadres signataires de la tribune, il ne supporte plus le mépris qu’il entend quotidiennement vis-à-vis des grévistes :

Les discussions autour de la machine à café en ce moment, c’est : ‘oh là, là, c’est compliqué. On a fait une heure de transports en plus. C’est quand même des gens qui nous empêchent de travailler. Ils sont contestataires, ils ne font que revendiquer. Nous, on fait, on travaille. Les gens ne se demandent même pas dans quelles conditions les autres travaillent. Ils sont centrés sur leurs petits problèmes matériels, honnêtement complètement anecdotiques. Parce que nous sommes clairement les privilégiés et la grève n’est pas très perturbante pour nous. On s’en sort toujours, on peut télétravailler en survêtement de chez nous, sans aucun problème.

Celui qui a le sentiment d’être « peut-être dans un moment historique » ne veut pas s’arrêter au « personnage Macron, qui n’est qu’un autre représentant d’un système mis en place grosso modo depuis que je suis né par Reagan et Thatcher » : « Oui, c’est le président des riches, mais davantage qu’Hollande ou d’autres ? J’en sais rien. Il va juste plus vite, plus fort. Le problème est structurel. » Il affirme, au regard de son expérience professionnelle : « On nous dit partout qu’il faut des politiques d’austérité par manque d’argent. Mais ce n’est pas vrai. L’argent coule à flots dans la finance. On n’a jamais d’ailleurs été collectivement aussi riche depuis des siècles. Et nous demander de niveler par le bas les droits sociaux alors que la société n’a jamais été aussi riche, c’est insupportable et inacceptable. »

Et d’ajouter :

La réforme des retraites, ce n’est pas pour rien qu’elle a été poussée par les lobbys de la finance et de l’assurance. Bien sûr que tout ce qui se joue depuis trente ans sert les intérêts du capital, on va dire cela comme ça. Et sert aussi les intérêts de ma classe sociale, en tant que CSP+ ! J’aurais intérêt à voter Macron. Il est complètement absurde de ma part, individuellement, de ne pas avoir voté pour lui ni de soutenir ces politiques. Mais il faut à un moment donné se rendre compte que l’on vit en société et que faire de la politique, c’est toujours penser un peu aux autres. Il faut aimer un peu les gens.

Poser des RTT pour pouvoir manifester

Il a décidé de se rendre aux manifestations aux côtés des cheminots et des salariés de la fonction publique. Mais il est obligé de poser des RTT car il préfère ne pas se déclarer officiellement gréviste par peur des représailles :

On se met vraiment en danger dans certains milieux privés si on dit que l’on n’est pas d’accord avec la politique globale. Si l’on dit que l’on va faire grève, on est vite vu comme un hurluberlu, extrémiste, dangereux, faignant, pas pragmatique et qui n’a rien compris. On est attaqué dans notre propre personnalité, y compris pour nos compétences et notre capacité à comprendre les situations. Du coup, on est vraiment en danger en terme d’emploi par la suite. Et une fois que l’on a perdu un emploi, c’est compliqué d’en retrouver un malgré tout, et on est vite dans nos petits milieux.

Ce cadre espère toutefois qu’un jour le collectif des Infiltrés pourra sortir de l’anonymat, afin de structurer un mouvement capable de peser davantage dans le débat public.



13 janvier 2020