Le marché de la mort se porte donc à merveille, les milliards tombent et les bombes s’exportent comme des petits pains empoisonnés pour tuer et encore tuer. Sauf que, comme disait Coluche, pour rentabiliser tout ça, il faut que ces bombes explosent, ainsi, rien de mieux que la secte maçonnique pour enclencher une bonne dernière grande guerre, car vous vous doutez bien que ces armes ne sont pas vendues pour être stockées dans des hangars…