Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Politique

Communiqué truffé de fautes : sait-on parler français à l’Élysée ? 

Pour sûr, il ne s’agit nullement d’un coup d’état linguistique fomenté par les rédacteurs ou les correcteurs du communiqué officiel, pour accabler leur patron. Il s’agit plutôt d’une carence manifeste qui témoigne du déclin de la France dans tous les domaines. Au Maghreb, on utilise cette expression du terroir Hadha Mâ Halbett pour dire que c’est tout ce qu’on a pu obtenir de la traite d’une vache. Autrement dit, dans ce cas d’espèce, c’est le résultat désastreux des programmes scolaires appliqués et des méthodes d’enseignement utilisées pour l’apprentissage, dès le plus jeune âge, des règles élémentaires de grammaire. Depuis que la dictée ne fait plus partie du programme, on assiste à une baisse phénoménale du niveau avec une prolifération des fautes d’orthographe, de toutes sortes. Il n’est même plus question d’espérer jongler avec l’imparfait ou le plus-que-parfait du subjonctif, mais tout bêtement de savoir distinguer le futur du conditionnel. Il faut dire aussi que l’éclosion du langage SMS qui a supplanté la langue académique y est pour beaucoup. Il y a du pain sur la planche et si l’on veut redresser la barre, il faudra d’abord cesser de jouer avec l’avenir de nos mioches et que ceux qui ont décidé d’introduire dès la maternelle, des concepts troublants comme la fumeuse théorie du genre qui risque de les déboussoler, s’appliquent surtout à leur enseigner la langue en commençant par les règles de base et en appliquant les méthodes classiques, déjà éprouvées, et qui avaient donné d’excellents résultats. Pour finir, il n’en demeure pas moins que de telles fautes sont impardonnables, car elles ont été commises dans l’antre de la république, par ceux qui sont censés donner la meilleure image de la France et de l’État.