Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Informations

Opposés au financement public des lieux de culte, Ciotti et Mariton paient pourtant pour restaurer des églises et des chapelles 

Ces propos dénotent non seulement une hypocrisie morbide rarement vue d’histoire humaine, mais aussi une chutzpah digne des pires crapules au monde. Il faut bien comprendre que le contribuable musulman qui paie largement ses impôts, sans oublier la TVA qui représente 55% des 350 milliards d’euros annuels engrangés par l’État, n’a pas droit à un retour, pourtant légitime, et ne verra plus la couleur de son argent ! C’est du vol pur et simple, un détournement d’argent public à des fins privées et ciblées, car il faut rappeler que ce terme public englobe quelque 5 à 6 millions de musulmans.

À la une

L’ost-racisme juif, par Lotfi Hadjiat 

Parviendra-t-on un jour en France à penser le racisme, à le penser sans passion ? C’est la réflexion que je me fais en suivant cette affaire Morano, la Pucelle de Nancy qui veut bouter les musulmans hors de France pour en sauver la race blanche chrétienne (puisqu’elle s’en réclame, rappelons que De Gaulle avait bien dit « chrétienne », et non « judéo-chrétienne »). Le problème de Morano, c’est que cette ex-groupie du nabot de Neuilly n’a pas de Charles VII, ou plutôt, qu’elle veut être son propre Charles VII. Jehanne de Domrémy qui s’en remit à son Roy était finalement plus raisonnable que Nadine de Nancy. Ah !… Jehanne d’Arc, la France éternelle, Saint Louis, Philippe le Bel, Philippe Auguste, Bouvines… toutes ces merveilles que Nadine rêve de ressusciter dans son petit cœur, c’est mignon. Vouloir sauver les magnifiques églises et cathédrales françaises de leur démolition républicaine ne me semble pas raciste du tout. Mais désigner les musulmans comme ennemis du Christ, c’est pire que du racisme, c’est de l’ignorance, ignorance qui remonte à Charlemagne et toujours active aujourd’hui ; Jésus-Christ étant, comme chacun ne le sait pas, ni plus ni moins, le Messie en islam (le Mahdi étant celui qui annonce et accompagne le retour du Christ-Messie, toujours en islam).