Subscribe Now

* You will receive the latest news and updates on your favorite celebrities!

Trending News

En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.
Politique

Dysfonctionnement judiciaire et démocratie par David Koubbi 

David Koubbi est un avocat et un écrivain français. Avocat au Barreau de Paris, il est spécialisé en droit de la presse et en droit pénal des affaires. Sa profession l’a mis sur le devant de la scène publique lorsqu’il a défendu le Docteur Stéphane Delajoux, Jérôme Kerviel dans son procès ultra-médiatisé face à la Société Générale ou encore en ayant pris la défense de la journaliste Tristane Banon dans l’affaire qui l’opposait à Dominique Strauss-Kahn. Il a co-fondé son propre cabinet d’avocat, le Cabinet du 28 octobre. Il a publié un roman et écrit désormais sur l’état de la justice et de la démocratie en France notamment dans son manifeste « Une contestation française ». Ses prises de positions et ses interventions médiatiques dénoncent de nombreux problèmes sociaux comme la dépendance de la justice ou la collusion entre les milieux de la politique et des affaires, de la politique et de la justice,…

Eco & Finance

Comment l’état et la justice protègent les voyous de la SocGen 

Voici les preuves claires que la justice et l’état maçonnique corrompus protègent les banksters au risque même de ruiner le pays et de créer une guerre civile, sans parler des nombreux malheurs collatéraux : faillites, divorces, suicides,… Too big to fail est la règle générale qui régit les affaires de ce monde occidental moribond. À part ça, le complot n’existe pas, ce sont juste des coïncidences…

Eco & Finance

Affaire Kerviel : Bercy a-t-il eu tort de verser 2 milliards d’euros à la Société générale ? 

C’est simple : si les autorités de la SocGen savaient ce que faisait Kerviel, la banque n’aurait pas le droit de défiscaliser sa perte ! Ainsi, il n’est même pas question de culpabilité, mais juste de limiter la casse sur le dos du trésor public, donc du peuple. Merci aux élites au pouvoir qui trahissent une fois de plus — une fois de trop — le peuple.