Voilà ce qui arrive quand on se rend responsable du pillage de pays entiers et que l’on vient se balader à Paris, comme si de rien n’était. Si la France voulait réellement faire cesser les flux de réfugiés, elle n’aurait qu’à jeter en prison tous ces escrocs et voleurs qui détruisent leurs pays et poussent leurs peuples à l’exil et à l’émigration. Malheureusement, ceci est impossible puisque ces escrocs sont les laquais de la France, ce sont les vénérables des loges de la mafia maçonnique qui gardent leurs fortunes, constituées de rapines, dans les coffres-forts des banques européennes… La situation est extrêmement simple, que la France cesse d’exploiter et de piller les pays africains de sorte que leurs ressortissants restent chez eux, sur les terres de leurs ancêtres.

Vous vous doutez bien que ceci n’arrivera pas, étant donné que c’est la France qui détient l’économie de l’Afrique avec le franc CFA et que s’il vous vient à l’idée de venir taper une gueulante contre un escroc comme dans cette vidéo, l’État français vous enverra la force publique pour vous en empêcher et ainsi protéger ses stipendiés.


En soirée, ce samedi 24 juin 2017, alors qu’ils étaient assis sur la terrasse d’un café, rue Pierre Charron, dans le 8ème arrondissement de Paris, Edouard Valentin, PDG d’Ogar Vie et père de l’épouse du président Ali Bongo, Sylvia Bongo née Valentin et l’ancien ministre Crépin Gwodock ont été violemment apostrophés et injuriés  par un groupe de manifestant gabonais.

Dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, l’on aperçoit, quatre à cinq individus, dont l’activiste Marceau Malekou; une des victime des violences policières et militaires post-électorales, s’en prendre à l’ancien ministre délégué aux eaux et forêt, Crépin Gwodock, actuel patron de la Société commerciale gabonaise de réassurance (SCG-Ré) et à Edouard Valentin, PDG d’Ogar Vie et père Sylvia Bongo, à Paris dans le 8ème arrondissement alors qu’ils discutaient sur la terrasse d’un café.

Conspués, insultés, n’eut été l’arrivé de la police, certainement appelée par les responsables du café, l’ambiance commençait à tourner à la violence; puisqu’on voit un des activiste retirer la paire de lunette de l’ancien ministre et un autre frapper son point sur la table et un verre qui se casse.

La police a son arrivée a réussi à calmer les ardeurs. Marceau Malekou a été arrêté, puis relâché quelques heures plus tard. L’annonce a été faite sur son compte facebook aux environs de 22 heures, heure de France. Nous y reviendrons.