Patrick Balkany s’est piégé lui-même puisque sa ligne de défense consistait à faire croire que c’était un homme riche qui s’est appauvri avec la politique, du coup il ne pourra jamais verser une caution de 500 000 €. Par contre, ce qui est lamentable, c’est le fait d’être incapable de trouver une telle somme malgré une carrière politique très longue et des amitiés nombreuses de gens très riches ! Ceci démontre que le milieu politique est un milieu malsain et détestable.

Il ne lui reste plus que la stratégie de la maladie vers laquelle se réfugie tout bon politicien véreux qui se respecte. Ce qui ne l’empêchera pas d’aller siéger au conseil municipal de Levallois-Perret dès qu’il sera libéré de prison.


La « cagnotte » lancée par les soutiens de l’ancien maire de Levallois-Perret a permis de récolter près de 50 000 euros, soit dix fois moins que la caution qu’il devra payer si la justice autorise sa mise en liberté ce mercredi.



Patrick Balkany ne pourra pas sortir de prison même s’il est libéré sous caution mercredi 13 novembre, selon les informations de franceinfo. Le couple n’a pas réuni les 500 000 euros réclamés par la justice pour payer sa caution. Tous leurs comptes ont été saisis et l’appel aux dons lancé par leurs soutiens n’a permis pour l’instant de récolter que 10% de la somme. La cour d’appel de Paris doit rendre son délibéré mercredi au matin sur la deuxième demande de remise en liberté de Patrick Balkany.

Seulement 10% de la somme récoltés pour payer la caution

La récolte de dons lancée par des Levalloisiens n’a permis jusque-là de récolter que 10% de la caution, un peu moins de 50 000 euros d’après Isabelle Balkany qui a aussi fait appel à des amis. La maire de Levallois raconte qu’elle n’arrive pas à trouver une banque qui accepte d’héberger le compte de l’association de soutien montée pour l’occasion. Même la banque dans laquelle le couple était client depuis 40 ans a refusé.

Isabelle Balkany raconte aussi que son mari est « archi crevé, qu’il a perdu 20 kilos, qu’il souffre du dos et qu’il passe ses journées…


Photo d’illustration : Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret, poursuivi pour fraude fiscale et blanchiment d’argent, et son avocat Éric Dupond-Moretti. Le 19 juin 2019, à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

avatarAnne-Laure Dagnet

Radio France

12 novembre 2019