Quel spectacle lamentable et pathétique offert par le Landerneau politique français qui voit se multiplier les condamnations d’hommes et de femmes politiques. Imaginez une seconde que François Fillon ait été élu président en 2017 et que sa femme se retrouve en 2020 condamnée par la justice pour un emploi fictif que lui-même a organisé et mis en place ! En réalité, tout le monde devrait remercier le PNF ou parquet national financier d’avoir épargné à la France une telle humiliation.


L’épouse de François Fillon a été réélue le 15 mars dernier au conseil municipal de Solesmes (Sarthe).

Sa condamnation, ce lundi 29 janvier, bouleverse-t-elle la donne ?

Oui, car les avocats des époux Fillon ont annoncé qu’ils feraient appel de la condamnation du tribunal. L’appel étant suspensif, la peine prononcée lundi 29 juin ne s’applique pas, en attendant le prochain procès et la décision de la cour d’appel. De son côté, François Fillon, s’est retiré de la vie politique après son échec à la présidentielle de 2017 et travaille désormais dans la finance.

Quant à Marc Joulaud, qui a perdu dimanche son fauteuil de maire mais est élu au conseil municipal de Sablé-sur-Sarthe, il n’a pas annoncé son intention à l’issue du délibéré. S’il décide de faire appel, il sera dans le même cas que Penelope Fillon et pourra siéger dans l’opposition sabolienne. S’il n’interjette pas appel, sa peine est définitive et il ne pourra plus faire partie du conseil municipal.


Photo d’illustration : Penelope Fillon, conseillère municipale à Solesmes depuis 2014, lors de la réunion du conseil municipal du 20 janvier 2020 – ARCHIVES LE MAINE LIBRE

Ouest France

30 juin 2020