prière_yoga
La crique de Cisco, en Corse, le 14 août 2016, où des affrontements ont eu lieu entre trois frères marocains et des villageois PHOTO – AFP/ARCHIVES – PASCAL POCHARD- CASABIANCA.

Ce qui est extrêmement choquant dans cette affaire c’est le fait de déplacer les autorités, en l’occurrence la gendarmerie, parce qu’il y aurait un homme suspecté de faire la prière sur la plage. Est-ce interdit par la loi de prier dans la nature ? Bien sûr que non ! Attention, si c’est du yoga ça passe, c’est une spiritualité compatible, par contre s’il est question d’islam, attention, ce n’est plus la même chose, c’est le branle-bas de combat, on envoie l’artillerie lourde.
La France a tourné bourrique, les gens sont devenus complètement débiles et ridicules, ils ne s’en rendent même plus compte. Les médias et les politiciens ont réussi leur coup, la propagande a fonctionné et l’islamophobie a de beaux jours devant elle.


L’histoire illustre parfaitement à quel point un témoignage et un contexte peuvent engendrer la confusion.

Dimanche dernier, un témoin était certain, photos à l’appui, d’avoir vu un homme prier sur la plage de Sisco devant une caméra.

Alertés par ce signalement, les gendarmes de la section de recherches ont rapidement levé le voile sur cette histoire qui a fait le tour de la France. Ni prière, ni provocation, l’individu faisait tout simplement du yoga au bord de l’eau.

Pour ce qui est de la caméra,« l’homme a tout simplement voulu se prendre en selfie ou immortaliser le moment », confie un gendarme. Les militaires ont pu boucler cette affaire en récoltant le témoignage de plusieurs personnes présentes sur les lieux le jour de la « prière fantôme ».

De quoi faire redescendre la tension sur une question sensible, dans un village qui a connu un été 2016 agité, marqué par les […]


A.G – Corse matin