Souvenez-vous de cet article du Monde, on le ressortira bientôt pour démontrer à quel point il est mensonger et ils le savent. Premièrement, nous sommes à peine à 2 mois voire 3 de vaccination dans le monde, nous n’avons absolument aucun recul pour conclure ainsi. Deuxièmement, l’article affirme dans son deuxième paragraphe que les vaccins ont passé toutes les phases d’essai clinique avec succès alors que nous sommes à la phase trois et qu’aucune autorisation de mise sur le marché n’a été délivrée puisqu’il s’agit d’une autorisation temporaire, l’essai clinique n’étant pas achevé. Dans ce même paragraphe, le journaliste affirme que les laboratoires ont su prendre des risques alors qu’il sait très bien qu’ils ont été largement et grassement subventionnés par de l’argent public et le montant des commandes massives de plusieurs milliards d’euros ! On ne voit pas trop où est le risque dans cette affaire !

Ensuite, dans les paragraphes qui suivent, le journaliste fera l’apologie du modèle sanitaire israélien et parle même de « miracle » ! Pas très scientifique tout ça !





Concernant les effets secondaires, l’article s’appuie sur l’expertise du Professeur Mathieu Molimard dont les liens d’intérêts avec les sociétés pharmaceutiques sont légion : Astrazeneca, Boehringer Ingelheim, Novartis Pharma, GSK, Stallergen, Merk et Pfizer ! Bien entendu, comme l’exige la loi, ni le professeur Mathieu Molimard, ni le journaliste, ne vont publier ces conflits d’intérêts évidents pour en informer leurs lecteurs.

Pour finir, un autre mensonge sera également publié par le journaliste du Monde qui affirme que la confiance dans la vaccination est en train d’augmenter dans la population alors que le personnel de santé lui-même ne veut pas en entendre parler ! La confiance est tellement en train de monter que l’exécutif pense à la rendre obligatoire !

Bien entendu, à aucun moment dans cet article vous n’entendrez parler des milliers de morts déclarés suite à la vaccination et encore moins de l’inefficacité des trois vaccins contre les autres variants qui sont en train de s’imposer dans le monde comme l’a déclaré sur le plateau des Grandes Gueules de RMC le professeur Constantin. Il ne parle pas non plus de la suspension des campagnes de vaccination en Autriche, en Suède ou tout simplement en Afrique du Sud qui estime que le vaccin d’AstraZeneca n’a que 22 % d’efficacité sur le variant sud-africain !

Bref, tout ceci n’est pas très sérieux, c’est un pur exercice de propagande que nous retenons aujourd’hui afin de vérifier toutes les affirmations de ce journaliste dans quelques mois lorsque le scandale éclatera. nous avons déjà fait ce travail concernant les mensonges de l’AFP très nombreux pendant la fausse pandémie de grippe A H1N1 de 2009 ! Nous vous invitons à revoir la vidéo ci-dessous qui dénonce la propagande massive de la plus grande agence de presse au monde, l’AFP :





Partout, les campagnes de vaccination offrent des résultats remarquables, déjouant les pronostics de nombreux sceptiques.

 

Analyse. Avouons-le honnêtement : nous-mêmes n’osions y croire. Dans ces mêmes colonnes, nous avions manifesté nos doutes face à la course de vitesse dans laquelle s’était lancé le monde de la recherche médicale en quête d’un vaccin contre le Covid-19. Pas tant devant son ampleur, qui ne pouvait qu’accélérer la découverte d’une parade contre le virus. Mais sur cette compétition acharnée, conduite sans coordination. N’allait-on pas trop vite ? Ne négligeait-on pas des pistes prometteuses au nom de l’urgence ?

Les faits nous ont donné tort. Dans un temps record, plusieurs laboratoires ont réussi à mettre au point des vaccins qui ont passé avec succès toutes les phases d’essais cliniques, puis d’habilitation par les agences sanitaires. Pour ce faire, ils n’ont renoncé à aucune précaution, ni emprunté aucun raccourci ; juste pris des risques, industriels et financiers, aidés il est vrai par des subventions ou précommandes publiques.

En temps normal, l’industrie pharmaceutique ne progresse dans le grand « jeu de l’oie » de la conception d’un médicament qu’avec extrême prudence, une case après l’autre. Et encore, chaque phase coûtant plus cher que la précédente, elle accumule toutes les garanties avant de relancer le dé. Cette fois, au contraire, elle a superposé les phases. Mieux : elle a lancé sa production avant le feu vert des agences et le résultat des derniers essais.

Performants contre le risque de transmettre le virus

Restait toutefois l’essentiel, ce que les scientifiques nomment « la vraie vie ». L’efficacité impressionnante affichée pendant les phases III d’essais cliniques, dans des conditions de surveillance parfaite et une chaîne du froid irréprochable, allait-elle tenir sur le terrain, lorsque l’on passerait de plusieurs milliers à plusieurs millions d’individus vaccinés ? La réponse est positive. Et dans des proportions inattendues. Tous les vaccins déployés, dans tous les pays, et sur toutes les catégories de populations, affichent des niveaux de protection remarquables.

Leader mondial de la vaccination anti-Covid, Israël a apporté les premiers résultats indiscutables. Dans un article publié dans le New England Journal of Medicine, l’Institut de recherche de la Clalit [la principale caisse d’assurance-maladie israélienne] a comparé le destin de 600 000 personnes immunisées avec deux doses du vaccin de Pfizer-BioNTech et celui d’un groupe témoin de la même taille non vacciné.

Infection, symptômes, symptômes sévères, hospitalisation… Dans toutes les catégories, il fait mouche. Son efficacité est de 94 % pour l’ensemble des cas de Covid symptomatiques − comme lors des essais de phase III −, de 92 % pour les formes sévères et de 87 % pour les hospitalisations. Il apparaît même efficace à 92 % contre les simples infections, autrement dit contre le risque de porter et de transmettre le virus, une performance dont on doutait largement jusqu’ici. […]


Photo d’illustration : Vaccination contre le Covid-19 à la mairie du 3e arrondissement de Paris, le 7 mars 2021.

Le Monde 

8 mars 2021