L‘Algérie a vécu hier 1er mars 2019 une journée exceptionnelle qui marquera les mémoires et restera sans conteste gravée dans l’histoire. En ce jour anniversaire du président de la république algérienne, Abdelaziz Bouteflika, bouclant ses 82 années, sait parfaitement que son « aspiration »  à se présenter pour un cinquième mandat est constitutionnellement irrecevable en raison de son état de santé profondément dégradé tant sur le plan physique que mental et intellectuel. Cette « volonté » de s’imposer coûte que coûte malgré le caractère grotesque et ridicule de la situation, a fait sortir de ses gonds un peuple en ébullition, en dépit de l’interdiction de manifester dans la capitale, décrétée en 2001. Alors qu’on était loin d’imaginer un tel éveil collectif et pacifique d’un peuple si fier et si fragile en même temps, gagné par la lassitude car terrorisé et démoralisé par 10 ans de guerre civile sanglante d’une rare violence, des millions d’Algériennes et d’Algériens ont battu le pavé dans quasiment toutes les grandes villes du pays du nord au sud et d’est en ouest.

Alors que les citoyens algériens ne peuvent pas sortir du pays et sont obligés de se soigner dans les hôpitaux nationaux aux moyens limités, voire rudimentaires, Abdelaziz Bouteflika se paie le luxe indécent de se faire soigner à Genève où il se trouve actuellement, dans les meilleurs hôpitaux européens avec l’argent du contribuable. Malgré son âge avancé et surtout son AVC qui l’empêche de s’occuper sérieusement des affaires courantes, son clan, terrorisé à l’idée de perdre le pouvoir et de devoir rendre des comptes à la justice, veut l’imposer coûte que coûte. C’est la panique à bord. Le régime, aux abois, va utiliser tous les stratagèmes possibles pour empêcher la concrétisation de cet éveil des consciences populaires en demandant par exemple aux imams d’interdire les manifestations comme cela a été le cas dans la grande mosquée Istiklal de Constantine, ce qui a entraîné le courroux des fidèles qui ont quitté la salle de prière en traitant l’imam de « chiyyat« . Le régime utilisera également la menace terroriste, agitant le spectre de la guerre civile afin de calmer les ardeurs des plus téméraires, sauf que ça ne marche plus, étant donné qu’une grande part de la jeunesse algérienne n’a même pas connu les années noires ; du coup, ce chantage ne fonctionne plus. On comprend d’ailleurs à quoi peut servir le terrorisme surtout lorsqu’il est manipulé par le régime ;  il l’aide à se maintenir au pouvoir. La France a d’ailleurs utilisé cette même menace juste après l’attentat de Strasbourg, pour calmer le mouvement des #GiletsJaunes. Une troisième et dernière tactique, systématiquement utilisée, consiste à accuser de « trahison-au-profit-de-la-main-de-l’étranger » toute personne s’avisant à remettre en cause la mafia au pouvoir ! Alors que la guerre de libération a pris fin en 1962, le régime en place continue de faire semblant de défendre les intérêts de la nation, alors qu’il travaille main dans la main avec les réseaux criminels de la Françafrique et que ses hommes sont les premiers traîtres à la nation. Cette inversion accusatoire ne fonctionne plus et toutes ces ruses éculées sont désormais vouées à l’échec.

Traitement médiatique de ces événements

Il est d’ailleurs assez impressionnant de constater que la chaîne de télévision officielle n’a pas réservé le traitement que tout citoyen était en droit d’attendre à propos de ces manifestations qui ont tout de même mobilisé des millions de personnes sur tout le territoire ! On se croirait au temps de l’URSS stalinienne, alors que nous sommes en 2019 et que les réseaux sociaux pullulent de milliers de vidéos et de photographies rendant compte en temps réel, de cette journée révolutionnaire du 1er mars ! Comment est-il possible d’être aussi stupide et aveuglé à ce point ?! Ne savent-ils pas qu’il est impossible de cacher le soleil avec un tamis ? Il faut croire que la panique et le désespoir rendent bête ! D’ailleurs une centaine de journalistes ont manifesté pour condamner cette censure d’État frappant également les radios et les chaînes privées appartenant à des milliardaires proches du pouvoir, comme Ali Haddad le patron du FCE [Forum des Chefs d’Entreprises] qui enregistre actuellement une cascade de démissions de ses membres, depuis que le vent a tourné et qu’un audio particulièrement compromettant a été mis en ligne…

Il en est de même des médias français qui se sont illustrés par un silence difficilement justifiable, ne réservant à ce phénoménal mouvement de révolte populaire que très peu d’espace sur leurs antennes. Les seuls journaux à en avoir fait leur « une » le 2 mars sont l’Huma et La Croix ! On imagine que l’exécutif est en panique et a peur de la contagion et à tout le moins d’une relance flamboyante du mouvement des Gilets jaunes regonflés par les images des manifestants d’en face ! Il faut dire que depuis François Hollande dont le quinquennat entier a été marqué par l’état de santé désastreux du président Bouteflika, la France a fermé les yeux, osant même parler d’alacrité dont ferait preuve le président valétudinaire. Ce grand pays démocratique, lumineux, moralisateur et droidelomiste a estimé qu’un président sur une chaise roulante, incapable d’assurer sa fonction, est tout à fait acceptable. On se souviendra toujours des mots de François Hollande, s’étonnant de l’excellente forme intellectuelle d’Abdelaziz Bouteflika ! Nous ne sommes plus dans la complicité passive mais bien dans la gestion active d’un désastre soutenu et couvert par l’Élysée. D’ailleurs, les services de renseignements et le fisc français n’ont jamais été dérangés par les millions d’euros qui atterrissaient dans les caisses des banques hexagonales pour l’achat de biens luxueux dans les quartiers huppés de la capitale française, par des membres du régime d’Alger ! Aucun notaire ne s’est posé de question sur la provenance de millions d’euros chez un simple ministre payé en dinars !!! Tracfin non plus ne se pose pas de question alors qu’ils enclenchent systématiquement des enquêtes sur les citoyens au moindre versement au dessus de 3000 € !

Comment se fait-il que l’Élysée de Macron ait pris le parti de Washington contre Madura ou sur la question vénézuélienne, quelque seconde seulement après les déclarations de Donald Trump, alors qu’il garde le silence face à des millions d’Algériens qui exigent la fin de cette dictature criminelle qui a ruiné tout un pays et ses 40 millions de citoyens ?! N’est-ce pas la preuve de la complicité de l’Élysée ! Quand le régime d’Alger tombera, tous les secrets honteux qui lient Al Mouradia à l’Élysée seront mis à jour !



Un peuple à l’éveil politique rare

La ferveur populaire et l’intelligence politique d’un grand nombre d’Algériens font mouche. Vous pouvez observer que lors des manifestations que vous pourrez constater dans la galerie ci-dessous la présence d’un nombre très important de femmes de tous âges et de personnes âgées. Il y a même beaucoup d’enfants qui ont participé aux manifestations aux côtés de leurs parents ! Des artistes ont mis en musique un texte (que vous pouvez découvrir dans la vidéo ci-dessus puisqu’il a été traduit par nos soins ) dans une chanson intitulée : Aujourd’hui le peuple va libérer l’Algérie.

Les pancartes des manifestants sont également pleines d’humour, un humour si caractéristique du peuple algérien. On peut lire par exemple sur une pancarte « Le peuple veut : Ctrl+Alt+Suppr » ! Ou bien « FLN né en 1963, décédé en 2019 » ! Ou bien cette image de micro tendu à un cadre figurant Bouteflika qui est désormais appelé « Abdel-cadre » pour lui permettre de s’adresser à la nation suite aux manifestations ! Quand aux chants, ils sont très explicites et ne laissent planer aucun doute : « Pouvoir assassin » ! Il faut d’ailleurs rappeler que les supporters algériens de football depuis plusieurs années concoctaient des chants extraordinaires contre le pouvoir qui seront d’ailleurs entonnés lors de ces manifestations du 1er mars. Un autre chant plus explicite : « Makache elkhamsa y a Bouteflika. Jibou el BRI ou zidou Sa3ika » ou « Pas de 5e mandat ô Bouteflika, amenez la BRI et la gendarmerie » (brigades d’interventions du régime) ! Plus rien ne leur fait peur, le ras-le-bol est total..


Chant de supporters algérois de l’Usma contre le pouvoir



Tab jnanena !

Rappelons que Bouteflika avait osé dire qu’il était prêt à rentrer chez lui et laisser le peuple algérien dans sa « médiocrité », alors que des archives françaises de documents secrets, déclassifiées et publiées très récemment, nous apprennent qu’Abdelaziz Bouteflika était connu pour être un prévaricateur ! Il appréciait les honneurs et n’hésitait pas, selon l’article de L’Obs, à éliminer des adversaires politiques. Bouteflika a été condamné par la justice algérienne pour avoir détourné l’argent public ! Il a été effectivement condamné par la Cour des Comptes pour avoir détourné l’équivalent de 6 milliards de centimes lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères ! Il s’agissait du détournement de l’argent public de la régie occulte de devises au niveau de son ministre des Affaires étrangères entre 1965 et 1978. Ce qui ne l’a pas empêché de devenir président 20 ans plus tard !


Ce faisant, M. Abdelaziz Bouteflika a pratiqué à des fins frauduleuses une opération non-conforme aux dispositions, légales et réglementaires, commettant de ce fait des infractions prévues et punies par l’ordonnance n°66-10 du 21 juin 1966 et les articles 424 et 425 du Code Pénal.


L’Algérie est un pays très jeune, on peut d’ailleurs le constater en écoutant la tonalité de la voix des chants lors des manifestations. Une énergie folle se dégage, aussi effrayante que rassurante et prometteuse, car il vaut mieux être dans cette situation que celle du Japon ou de l’Allemagne dont la pyramide d’âge est inversée. On a pu voir d’ailleurs cette jeunesse lors de ces manifestations se comporter de manière exemplaire et pacifique allant jusqu’à organiser le ramassage des détritus sur les trottoirs et la chaussée, la distribution de bouteilles d’eau tout au long du parcours. Le statu quo n’a que trop duré et il faut dire qu’il était totalement irresponsable de croire que cette situation pouvait continuer ainsi éternellement. Alors que les scandales de corruption se sont multipliés tout au long des deux décennies de la présidence Bouteflika avec le chantier de l’autoroute Est-Ouest, la banque Khalifa… alors que l’économie est dans un état désastreux puisqu’elle ne compte principalement que sur la rente des hydrocarbures et du gaz, tout ceci ne laissant aucun espoir à toute cette jeunesse, cela ne pouvait que provoquer cet éveil et ce ras-le-bol. Il faut rappeler que les responsables algériens ont mis en branle la planche à billets, imprimant 3 585 milliards DA jusqu’à mars 2018, ce qui se traduira par une inflation galopante préjudiciable au pouvoir d’achat des citoyens.

Il est dans l’intérêt immédiat et total des Occidentaux de soutenir cette volonté populaire de se débarrasser de cette mafia au pouvoir, car cela stopperait immédiatement toute velléité d’immigration et pourrait même faire revenir une grande partie de la diaspora algérienne sur ses terres natales ! Aucune personne saine d’esprit – et certainement pas un Algérien – ne peut estimer meilleur d’aller vivre à l’étranger en abandonnant derrière lui sa famille et sa patrie ! Il n’y a pas de situation plus dure à vivre que celle de l’exil. Il est de la responsabilité des peuples occidentaux et notamment des Gilets jaunes de demander et d’exiger de leurs gouvernants de mettre fin à l’ingérence dans les affaires africaines par l’intermédiaire des loges maçonniques (J. Foccart, G. Penne, R. Bourgi, A. Djouhri…).

Tahya Aldjazaïr.