MBS_Palestiniens_négocier_ou_se_taire
Pour Mohammed ben Salmane, la question palestinienne n’est pas prioritaire pour son pays (AFP)

Et nous vous le répétons et nous ne cesserons de le faire, MBS et la Saoudie maudite sont les ennemis des musulmans, ennemis redoutables à l’instar de l’entité sioniste scélérate. Plus les jours passent et plus le vrai visage de ce traître de MBS apparaît au grand jour dans sa plus grande laideur. Il parle et utilise exactement les mêmes termes que les colons sionistes ! Il ajoute que la question palestinienne n’est pas une priorité pour lui mais ça on l’avait compris et constaté. Ce qui lui semble prioritaire c’est l’Iran ! Non pas libérer un peuple frère ainsi que le lieu saint d’Al Qods, mais de faire la guerre et de tuer d’autres musulmans comme il le fait actuellement au Yémen. Il a les mêmes priorités géopolitiques que l’entité sioniste scélérate, que voulez-vous de plus !

Ce type est donc un ennemi mortel.


Devant des responsables juifs américains, en mars dernier, le prince héritier saoudien a vivement critiqué la posture de la direction palestinienne   

« Au cours des dernières décennies, les dirigeants palestiniens ont manqué les opportunités, les unes après les autres, et rejeté toutes les propositions de paix qui leur ont été faites. Il est temps que les Palestiniens acceptent les propositions, qu’ils viennent à la table des négociations ou alors qu’ils ferment leur bouche et qu’ils arrêtent de se plaindre. » Cette déclaration n’émane pas d’un faucon israélien ou d’un leader de la droite dure de Washington. L’auteur de ces critiques n’est autre que Mohammed ben Salmane, prince héritier du royaume d’Arabie saoudite.

C’est la chaîne israélienne Channel 10 et son journaliste Barak Ravid qui rapportent les détails d’une rencontre du prince saoudien avec des responsables d’organisations juives aux États-Unis le 27 mars dernier. MBS a alors rencontré des représentants de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), des Fédérations juives d’Amérique du Nord, du Comité des juifs américains, de la Ligue anti-diffamation et de l’Ordre indépendant du B’nai B’rith à New York.


Barak RavidSCOOP: Saudi Crown Prince told Jewish leaders: Palestinians should take what the Trump administration offers or stop complaining – my story on @axios and @news10 https://www.axios.com/saudi-crown-prince-tells-jewish-leaders-palestinians-should-take-what-they-are-offered-or-stop-complaining-

1525025098-e7f0faf8-4f3f-442c-8478-6737ddb5a553.html 



Saudi Crown Prince : « Palestinians should take what the U.S. offers, or shut up and stop complainig »   axios.com

Traduction : « Le prince héritier saoudien a déclaré aux dirigeants juifs : Les Palestiniens devraient prendre ce que l’administration Trump offre, ou cesser de se plaindre. »


Selon Channel 10, qui s’appuie dans ses révélations sur un câble du consulat israélien à New York et trois autres sources anonymes, MBS a également précisé à ses interlocuteurs que « la question palestinienne n’était pas une priorité absolue pour Riyadh » ; ajoutant que le royaume « a des problèmes beaucoup plus urgents et importants à régler ». Par exemple ? « Affronter l’influence iranienne dans la région ».

Les personnes qui assistaient à cette rencontre, selon les sources compilées par le journaliste de Channel 10, ont été « sidérées » par le langage critique de ben Salmane. « Les gens sont littéralement tombés de leur chaise », cite encore le journaliste Barak Ravid.

Ce dernier écrit aussi dans le site web de la télévision israélienne que « le prince héritier saoudien a clairement indiqué qu’il devrait y avoir de réels progrès vers un accord avec les Palestiniens avant la normalisation entre l’Arabie saoudite et le monde arabe ». « Les remarques du prince héritier saoudien à la réunion ont mis en évidence le fossé entre lui et le roi Salmane. Le roi représente la ligne saoudienne plus conservatrice et traditionnelle sur le problème palestinien », analyse le journaliste israélien.

Le 2 avril, The Atlantic a publié un entretien du prince héritier saoudien où […]


MEE's picture Middle East Eye [MEE]