Le communiqué publié par l’UOIF suite aux dernières sorties de TR est passé assez inaperçu par rapport au soutien absolu et forcé que nous avons connu précédemment.

L’affaire Ramadan se résume ainsi :

Début 1990 : ce jeune prédicateur issu de la secte des frères musulmans débute des conférences sur l’islam tout en gardant un train de vie très libertin. Aventure avec des collégiennes à Genève, multiplication des histoires de fausses promesses de mariages avortées après aventure, etc. L’UOIF commence à le mettre en avant au sein de conférences internes puis petit à petit, auprès du grand public. En France, on ne connaît pas encore beaucoup son réel train de vie.

Début 2000 : M. Ramadan passe à des anomalies de mœurs de plus en plus graves, connues de milieux associatifs, renseignements et médiatiques… Mais l’UOIF continue de le mettre en avant. Les médias français font de M. Ramadan le « sparing-partner » de Caroline Fourest, et plus généralement, de toutes les causes piégeuses pour les français musulmans. Beaucoup de musulmans se demandent pourquoi M. Ramadan, qui n’est même pas français, est mis en avant alors qu’il y a beaucoup d’auteurs, d’intellectuels et conférenciers bien plus pertinents, sur le fond ou sur la forme (identité, humilité, etc.). Durant cette décennie, le personnage médiatique est peaufiné.

Début 2010 : les turpitudes de M. Ramadan dépassent tout ce qui est admissible en termes de secret… je commence à en être informé. Le bureau à Saint-Denis de M. Ramadan se situe à quelques rues de celui de Mme Fourest, ce qui explique beaucoup des proximités privées qu’on relève entre les deux… D’ailleurs, elle publiera plus tard un livre appelé « Frère Tariq ».

2010-2011 : Au bout de quelques mois d’investigation, de croisement et de vérification de mes informations. Après une tentative de vérification auprès de l’intéressé qui a nié, j’informe personnellement un ex-président de l’UOIF de ce qu’il se passe et je lui confie les éléments en ma possession : connaissance personnelle d’une victime séquestrée et violée par M. Ramadan, SMS explicites, le fait que l’organisation de Mme Fourest est au courant, les stupéfiants que M. Ramadan prend (et oui, la sclérose en plaque a les mêmes symptômes que le manque à ces stupéfiants-là), etc. En même temps, plusieurs victimes témoignent sur internet et des courriers recommandés sont parvenus à la famille de M. Ramadan, y compris son frère Hani, pour tenter d’arrêter le scandale avant qu’il n’éclate.


L’UOIF soutient mordicus Ramadan. On ne sait pas si elle tombe dans le piège ou si elle fait partie du piège.


2012 : de nouveaux cas graves apparaissent, notamment une personne qui est une amie personnelle se fait agresser par M. Ramadan qui lui a vendu mariage et rêves… La carte sim contenant les SMS est chez la police. En parallèle de l’affaire Majda Laroussi qui a déballé toute sa relation avec M. Ramadan et qui en a envoyé une copie à son frère Hani Ramadan. Au même moment, je commence à être écarté des hautes sphères de l’UOIF, sans que je n’y trouve d’explication, je ne pensais pas que l’UOIF pouvait m’écarter pour cela étant donné tout le tact, la confidence et la diligence que j’y ai mis… À cette époque-là, Hani Ramadan ne pouvait pas ignorer tous ces faits, surtout lorsque l’on sait qu’il était très ami avec Claude Covassi, espion suisse et trafiquant de stupéfiants décédé dans des circonstances étranges. Au même moment, je fais connaissance avec un ami très proche de M. Ramadan… Docteur de l’IESH (institut de formation de l’UOIF), encore plus dépravé que Tariq, mais conférencier aux événements islamiques. Fournisseur de filles et de produits stupéfiants pour son camarade… Il est en train d’écrire en 2019 un bouquin sur la vie du prophète et prépare son retour en France et ses prochaines publications… A cette époque, en 2012, une journaliste de M6 cherche à interroger des gens qui auraient entendu ces affaires de mœurs pour en faire un dossier. Au même moment, dans les sphères de E&R et de Dieudonné tout le monde en parle aussi. Ils ne savent pas s’ils doivent sauver Tariq, se taire ou en rire. Ils connaissent eux-mêmes des ex-conquêtes de Tariq.

2012-2015, d’autres victimes de M. Ramadan apparaissent, l’UOIF continue de faire intervenir Ramadan et de le soutenir. Les médias français continuent de le mettre en avant. Chaque fois que je le vois sur scène lors du RAMF, je crois halluciner. Je ne comprends pas quelle est la raison logique pour l’UOIF de continuer à l’inviter malgré tout.

2016 : un avocat prendra l’affaire en main, me contacte et contacte des victimes et d’autres témoins. Il instruit un dossier avec des dizaines d’éléments… Le travail est long et studieux. Un cabinet de plusieurs avocats est impliqué, mais pendant qu’il fait son long travail : boum, #MeToo.

2017 : Affaire Weinstein, affaire MeToo. Cette affaire est un scandale médiatique sans précédent. La majorité des violeurs sont de confession juive ou liés aux milieux médiatiques. Juste quand certains se font accuser publiquement d’être antisémites pour l’avoir remarqué : les médias font exploser l’affaire Ramadan en prenant le cas d’une victime que je ne connaissais pas, que le cabinet d’avocat non plus, et que tous ceux qui la fréquentent témoignent de sa non fiabilité. Elle ne s’exprime pas comme une femme violée, elle n’a aucune retenue, ses détails son entremêlés d’affection et de sensationnalisme. Quelle pudeur est violée chez une femme qui s’exprime sans pudeur ? Ses éléments de langage et son paradigme ont tout de Caroline Fourest. En même temps, les médias font tellement bien leur travail que l’opinion publique oublie tous les autres violeurs. L’affaire Weinstein devient l’affaire Ramadan. Un seul violeur musulman est pire qu’une ribambelle de violeurs d’une autre confession… Et la pierre angulaire de cette affaire ne sera pas les dizaines de victimes dont plusieurs que je connaissais personnellement ; ce sera cette femme bizarre qui pourrait facilement être un faux si les médias le décidaient. Il y avait peut-être une négociation dans les coulisses entre Ramadan et Fourest ou d’autres forces en présence…

2017-2018 : L’UOIF soutient mordicus Ramadan. On ne sait pas si elle tombe dans le piège ou si elle fait partie du piège. Alors que tout le monde est au courant des mœurs de cet individu, plusieurs prédicateurs misent toute leur autorité dans un bras de fer avec les médias français qui sont d’une force inébranlable… Ces prédicateurs expliquent à qui veut les entendre qu’ils s’excuseront auprès des victimes s’il s’avère qu’ils ont soutenu quelqu’un qui ment. Tariq Ramadan et sa famille, dans un cynisme astronomique, mettent en place une cagnotte sur la base qu’il subit une injustice. Évidemment, personne ne sera remboursé une fois qu’il a été prouvé qu’il a menti et que la réalité est pire que ce dont on l’accuse. De sources personnelles, l’UOIF avait demandé à un officier traitant de la Seine-Saint-Denis ce qu’il savait sur ce dossier. Ce dernier a répondu la même chose que dans les médias : qu’il n’est au courant de pas grand chose. Bêtement, naïvement, l’UOIF a cru qu’il disait la vérité, que s’il le savait depuis 15 ans, il l’aurait dit et mis en porte-à-faux son administration… et L’UOIF a donc poursuivi dans ses mensonges. Comme si l’UOIF ne réalisait pas que si tout le monde le sait mais que cet officier nie, c’est qu’il est en train de mentir… Ou bien, comme si l’UOIF a cru qu’elle serait soutenue/protégée en allant dans son sens. Organisation pigeon de la république.

2019 : M. Ramadan commence à reconnaître ses relations extra-conjugales répétées et les pièces s’accumulent en faveur de la thèse des viols répétés. L’UOIF émet ce fameux communiqué qui prétend ne rien savoir et se prétend trahie. Aucune considération pour les victimes ni qui que ce soit à part pour l’image publique de ces gens de l’UOIF qui sont eux-mêmes des traîtres à la vérité. Aucune excuse pour s’être trompé…

La réalité est très simple : L’UOIF n’en a que faire des gens lésés. Cela n’a jamais été un problème. De toutes les opérations que l’UOIF et les frères musulmans ont monté, avec le brique et le broc qui les caractérise, celle-ci est celle qui les résume le mieux. L’UOIF n’avait qu’un but, celui de continuer à faire du recel de popularité en recelant celle que M. Ramadan a volé par la fausse image qu’il présentait.


La majorité des dirigeants de cette organisation [UOIF] est constituée de personnes qui sont en conflit d’intérêt administratif et/ou financier.


L’UOIF vous vendra des attentes et des espoirs d’œuvrer pour une certaine vision de la société emplie de compassion, de partage et de bénévolat. De soutien de la famille et de promotion de valeurs traditionnelles fortes et fonctionnelles. Une société d’inclusion et de compréhension de chacun, quelles que soient ses convictions. Ces valeurs sont celles que l’Islam tire du message divin.

Aucune de ces attentes pour lesquelles vous vous engagez n’est la priorité, de près ou de loin, pour les dirigeants de cette organisation. Il suffit de leur demander quelles sont les projets en cours, quels sont les moyens et la motivation de ces projets. Vous trouverez alors à peu près : organisation de la prochaine RAMF, organisation de la venue de tel ou tel prédicateur de la FOIE (UOIF européen), organisation/financement de l’IESH, et organisation/financement de la ribambelle de sociétés opaques (notamment Gedis ou Halal Service). Vous trouverez aussi le lobbying auprès des dizaines de mosquées satellites et le lobbying de bas étage auprès des politiques (et/ou du CRIF) qui sert plus à se vendre dans l’espoir de tel ou tel avantage que de vraiment influer dans ces milieux.

La majorité des dirigeants de cette organisation est constituée de personnes qui sont en conflit d’intérêt administratif et/ou financier. Leur militantisme sert à récolter de quoi apparaître précieux à tel ou tel pouvoir pour se rendre utiles aux yeux des politiques, des policiers ou des administratifs, de sorte à négocier des avantages en nature très directs. La plupart ont des problèmes avec des pays du Maghreb, et espèrent obtenir une certaine sécurité ici. D’autres ont besoin (ou ont obtenu) un ou plusieurs logements sociaux. D’autres encore placent leurs enfants dans les conseils municipaux et espèrent qu’ils seront les élus de la république demain (république qui rit de leur naïveté quand elle vérifie leur dossier auprès des RG ou qu’elle les compare au niveau des ENArques, des polytechniciens ou enfants du CRIF…). D’autres encore cherchent à obtenir de tel ou tel pouvoir qu’il soit conciliant sur ses turpitudes de mœurs ou de biens sociaux.

Par ce communiqué, l’UOIF n’a fait que montrer son décalage total avec les attentes qu’une organisation représentative des musulmans devrait remplir. Dans ces attentes que toute organisation représentative des musulmans devrait porter, il y a :
– un lobbyisme actif pour que les convictions des Français de confession musulmane et celles du reste des Français convergent (qawloun wassita, une parole du juste milieux). Français musulmans qui ont autant de droits que tout autre Français, devant Dieu, et théoriquement, devant la république aussi, malgré ses mensonges. Dans ces convictions il y a en premier lieu le fait que la monnaie doit être pleine et vraie, non pas usuraire et fausse comme celle que nous utilisons. Il y a aussi la conviction que notre production et distribution alimentaire doit être saine et de proximité plutôt que mondialisée et pesticidée. Ensuite, il y a les valeurs traditionnelles qui sont éprouvées par des millénaires et que nous devons peaufiner plutôt que remplacer par, notamment, la reconnaissance républicaine d’un mariage sans altérité. Il y a aussi la préservation indiscutable de l’intégrité physique des individus. Pas de prélèvement d’organe sans consentement explicite, pas de vaccin par obligation sur la personne, etc.
– une défense sans ambiguïté de la représentativité musulmane française. Comme la judéophobie est intolérable, l’islamophobie l’est. Cela passe aussi par la mise en place d’éléments de langage favorables. On ne dit pas « voile », on dit « foulard ». On ne dit pas islamisme, on dit « détournement politique ». On ne dit pas « prière musulmane » on dit « communion avec Dieu ». On ne dit pas « viande halal », on dit « viande rituelle ». On ne dit pas « radicalisation », on dit « détournement ». On ne dit pas « islamophobie », on dit « harcèlement moral » ou « harcèlement religieux ».
– une fondation solide et islamique pour la gestion des questions familiales, des caisses de retraites et de maladie, etc.
– une véritable stratégie éducative, basée sur ce qu’il se fait de mieux, entre Maria Montessori, Céline Alvarez, les universités perses, andalouses ou ottomanes.
– un renforcement du socle de connaissances historiques, scientifiques et métaphysiques représentatif de tous les courants islamiques.
– une proposition artistique et culturelle saine, qui sert à l’identité, la postérité, l’exaltation et la contemplation

À la place, grâce à l’UOIF vous obtiendrez :
– La justification progressive du crédit bancaire. La soumission à toute demande des pires élus de la république ou de leur officier traitant du renseignement. Du halal Made In Turkey qui a fait 3000 km avant d’arriver et de la nourriture chimique à profusion, souvent hyper-sucrée. L’acceptation de l’idée d’une réforme radicale de l’islam, idée par définition étrangère à l’islam. La quasi validation des vaccins lors de différents événements sur ce sujet. La remise en question de l’importance de la commémoration des traditions. Le silence pendant les différentes manifestations des autres courants traditionnels pour que le mariage ne soit pas dénaturé. La complicité avec la république pour que les abattages rituels ne soient possibles que dans des conditions très restreintes qui feraient frémir tout fermier du terroir.
– Une acceptation tacite de tous les éléments de langage hostiles à l’islam, une complicité silencieuse qui relève du crime contre l’islam. Une reprise de tous les slogans anti-antisémites comme si les musulmans, déjà victimes d’islamophobie caractérisée depuis 20 ans n’étaient pas prioritaires ou avaient quelque chose à se reprocher.
– Aucune stratégie, ni même de réflexion, sur des questions relatives à la gestion de nos retraités ou même de nos chibanis. Comme si tous les musulmans français, nés en France, élevés en France et de culture française avaient pour vocation de passer leur retraite au bled comme les dirigeants de l’UOIF…
– Aucune considération sérieuse pour les questions éducatives face à l’échec de la république qui produit des étudiants de moins en moins cultivés et de plus en plus perdus. Les enfants sont sacrifiés par un système déficient et l’UOIF qui se prétend héritière de l’islam n’a rien à proposer là-dessus. Au contraire, elle fait même diffuser des courriers pour mettre en garde contre les cours Montessori qui se déroulent à Château-Chinon dans la même ville que son institut IESH, pour des raisons de basse concurrence…
– Aucune acceptation d’un point de vue autre que celui de Hassan Al Banna, Youcef Al Qaradawi et consort. C’est comme si la France n’avait pas eu Maurice Bucaille, René Guénon ou Michel Valsan. C’est comme si les différents courants comme la Tariqa Shadilya (pour ne pas citer les dizaines d’autres) étaient anti-islamiques. Hassan Al-banna est le nouveau prophète…
– Une validation de toutes les déviances culturelles et artistiques. De chants et concerts étrangers à notre identité musulmane française actuelle aux clips de rap.


Les adeptes de Tariq Ramadan sont parmi les plus haineux, les plus radicaux et les plus vulgaires que vous rencontrerez…


Pour conclure, on dira qu’on ne juge un arbre qu’à ses fruits. Les adeptes de Tariq Ramadan sont parmi les plus haineux, les plus radicaux et les plus vulgaires que vous rencontrerez. Aucun d’entre eux n’est capable de critique construite sur son œuvre. D’ailleurs, la majorité pense que « critique » signifie « avis défavorable ». Les adeptes de l’UOIF se croient dans un état de supériorité car ils organisent un événement chaque année et ont quelques élus de la république et des officiers traitant des renseignements comme interlocuteur. Quel critère… Tous les aspects humains, les aspects liés à la connaissance, la bienséance, aux mœurs, à la critique de soi et des autres passent à la trappe. On parle de partage alors qu’on ne met pas en garde des gens contre un prédateur sexuel à qui on ne laisserait pas 5 minutes de temps avec sa fille. On parle d’amour alors qu’on ment effrontément à autrui pour protéger de bas intérêts. On parle de fidélité alors que si un élu ou un officier traitant le demande, on vous mettra de côté, même si on vous reconnaissait toutes les qualités du monde quelques instants plus tôt. On parle de cause supérieure alors qu’on est là pour les papiers, pour un appart ou un poste, ou pour l’indulgence par rapport aux magouilles. On veut l’indulgence de la république et on fait fit de celle du Seigneur dont on parle à tout bout de chant.

De là, il n’est pas étonnant que ce communiqué mensonger soit rédigé. Il n’est pas étonnant d’ailleurs que l’UOIF ne fait rien et ne fera rien pour tous les autres Tariq qui grouillent dans ses rangs. Entre les rumeurs d’attouchement sexuel à caractère pédophile à Ceynon, le prédicateur dirigeant une grande association islamique qui est aussi un financier et un homosexuel. L’autre écrivain pro-qatar sur lequel les témoignages de flirt après les conférences circulent. Les dizaines de responsables d’association islamiques sur lesquelles nous savons qu’il y a du détournement de bien social (comme pour une grosse association humanitaire musulmane française), du trafic fiscal, du bénévolat pour les services du renseignement ou encore, plus grave, des enfantements illégitimes…

Dans tout cela, le plus probable, c’est que l’UOIF n’ait publié ce communiqué que pour que les gens continuent de venir à leur RAMF au Bourget… Qu’importe la vérité dans un monde dont les aspirations sont uniquement matérielles et sentimentales ?

Il suffit de vérifier les affaires d’agence de voyage à la Mecque du président actuel de cette organisation qui s’est targué lors d’une Assemblée Générale d’avoir été sorti d’affaire par un « Commissaire Franc Maçon de Lille » (je cite) pour comprendre ce que ce communiqué représente réellement.

Cet article n’est pas pour condamner seulement les magouilles musulmanes. Nous sommes très au courant de l’ampleur des magouilles des organisations religieuses des autres religions (en particulier du CRIF) ou des magouilles inouïes de la république (Bonjour Messieurs Valls, Balkany, Sarkozy, etc.). Cet article relève juste, témoigne et constate, le mensonge de l’UOIF.

Yassine, Bénévole UOIF de 2007 à 2015.