Le Chef d’état-major de l’armée algérienne, M. Ahmed Gaïd Salah, vient de faire une déclaration assez surprenante, suggérant au Conseil Constitutionnel d’appliquer l’article 102 qui l’autorise à destituer le président de la république en cas de longue maladie grave. Alors que la constitution a été à de nombreuses reprises allègrement piétinée et foulée au pied, notamment tout récemment avec l’annulation de l’élection présidentielle, comment se fait-il qu’il se soucie à présent de la légalité constitutionnelle ?  D’autant que cette même déclaration est elle-même anticonstitutionnelle puisqu’il n’est absolument pas habilité à entreprendre cette démarche et à saisir le Conseil Constitutionnel, ce dernier étant seul apte, sur le plan du droit, à  s’autosaisir.
Dans cette vidéo, MM. Djebar Kaci et Salim Laïbi vont analyser cette déclaration ainsi que celles d’autres acteurs politiques algériens afin d’y voir un peu plus clair.