Il est tout de même assez inquiétant voire choquant de constater que le clone qui préside les États-Unis d’Amérique s’autorise à offrir à l’entité sioniste scélérate un territoire qui n’appartient ni à l’un et encore moins à l’autre ! Du coup, cet homme de théâtre syrien a fait la même chose en offrant un État du sud des États-Unis au Mexique !

Vous remarquerez également le silence assourdissant des états arabes tous corrompus par le sionisme international. Une belle bande de traîtres et de laquais honteux qui devront un jour ou l’autre rendre des comptes.


Une grande star du théâtre et de la télévision syrienne a offert un État américain au Mexique, pour tourner en dérision la décision du président américain Donald Trump de reconnaître la souveraineté de l’entité sioniste sur le Golan syrien occupé.

Doured Lahham, célèbre dans le monde arabe pour ses feuilletons télévisés et ses pièces de théâtre satiriques est apparu dans une vidéo en train de signer un document qui ressemble à celui que Trump a signé sur le Golan syrien.
« J’offre l’ُÉtat de Californie au Mexique. La valeur de ma décision équivaut à celle du terroriste Trump d’offrir le Golan au terroriste Netanyahu », s’est-il contenté de dire dans sa vidéo.
Lahham a aussi été ambassadeur de bonne volonté de l’Unicef pour le Moyen-Orient, mais il a démissionné en 2006 pour protester contre l’offensive israélienne contre le Liban.

La décision de Trump signé le lundi 25 mars dernier a été très mal accueillie dans le monde arabe. Les ripostes tournent toutes autour de la thématique que Trump a concédé ce qui ne lui appartient pas.
En riposte, le représentant de la Syrie  aux Nations Unies Bachar al-Jaafari lui a proposé de donner la Californie du nord et du sud à Israël.



Même les régimes arabes pro Washington ont feint la reprouver. Les dirigeants arabes devraient se rencontrer en Tunisie pour un sommet de la Ligue arabe et s’exprimer sur cette question. Une condamnation sans adopter de mesure de rétorsion contre les USA ne sera que lettre morte.

Dans son dernier discours, le numéro un du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah leur a demandé de retirer l’initiative arabe de paix qu’ils avaient élaborée en 2002 en signe de protestation. Il les a prévenus que Trump pourrait très bien adopter une position similaire à l’encontre de la Cisjordanie occupée, dans son Deal du siècle destiné vraisemblablement à régler le conflit israélo-palestinien aux dépens des droits du peuple palestinien.


Nordpresse [Belgique]