Et ce n’est pas la première fois puisque le 27 novembre 2013, Christian Estrosi inaugurait déjà l’Espace Jacques Médecin sur la Promenade du Paillon. Reste à savoir maintenant qui est ce monsieur Jacques Médecin ? Tout simplement un homme politique français qui fut 25 ans maire de Nice ainsi que Secrétaire d’État au tourisme et qui a été condamné par la justice à de la prison ferme en France puis a fini exilé en Uruguay pays dans lequel il décède en 1998.

Bien sûr, comme tout bon politicien de la Côte d’Azur qui se respecte, Monsieur Jacques Médecin faisait partie de la franc-maçonnerie et ne s’en cachait même pas. Il avait d’ailleurs réussi à quitter la France pour l’Uruguay alors que les condamnations judiciaires l’en empêchaient.

Si vous voulez passer à la postérité et avoir votre nom placardé à une rue ou une placette de votre ville, n’hésitez surtout pas à détourner quelques millions d’euros. Si vous voulez aller plus loin, si votre soif de notoriété et de grandeur n’a pas de limites et que vous visez la Grand-croix de la Légion d’honneur, alors vous devrez placer la barre plus haut et violer des enfants…



Liste des condamnations de Jacques Médecin : (source Wikipédia)

1– Le 6 janvier 1992 : un an de prison ferme et 300 000 francs d’amende pour délit d’ingérence. Jacques Médecin est également déclaré « incapable, à jamais, d’exercer aucune fonction publique » et doit verser 2 168 874 F de dommages et intérêts à Joseph Figueras.

2 : deux ans de prison ferme, 200 000 francs d’amende et cinq ans de privation de droits civiques pour « détournement de fonds » dans le scandale de l’Opéra de Nice (« Jacques Médecin est condamné à deux ans de prison ferme pour abus de confiance ».

3– En a : trois ans et demi de prison ferme et un million de francs d’amende pour abus de biens sociaux et corruption dans le scandale de la Serel !

4– Le : condamné par défaut à deux ans de prison pour fraude fiscale.