Il est vraiment jouissif d’observer cet hypocrite nous expliquer que ce n’est pas le moment de répondre à la question cruciale de la vente de matériel militaire à un pays , en l’occurrence l’Arabie Saoudite, gravement impliquée dans l’assassinat du journaliste Khashoggi et qui est en train de massacrer la population civile yéménite, alors que précisément, il s’exprime à partir du salon de l’industrie de l’armement ! Il faut dire que, pour un ex-bankster, des contrats de plusieurs dizaines de milliards d’euros, ça fait tourner la tête !


Après le meurtre du journaliste Jamal Kashoggi, le sujet des ventes d’armes au royaume saoudien revient au premier plan. 

Faut-il continuer de vendre des armes à l’Arabie Saoudite ? En visite au salon Euronaval, Emmanuel Macron a refusé de répondre, mardi 23 octobre, aux questions sur un éventuel arrêt des ventes d’armes de la France à l’Arabie Saoudite. Un arrêt demandé par l’Allemagne à tous les Européens tant que l’Arabie Saoudite n’aura pas fait toute la lumière sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

« Mon agenda n’est pas dicté par les médias, que ça vous plaise ou non. Je suis sur un autre sujet. Ça n’a rien à voir avec le sujet qu’on est en train de traiter. Rien. Rien. Donc je n’y répondrai pas. Je regrette. Ça continuera tant que je serai à la place à laquelle je suis. Que ça plaise ou que ça déplaise », a répondu avec un net agacement le président de la République qui visitait avec la ministre des Armées Florence Parly ce salon des industries navales de défense.

« Je ne vous répondrai pas »

« Ce n’est pas parce qu’un dirigeant dit quelque chose que je suis censé réagir à chaque fois. Et donc je ne vous répondrai pas », a répété le président à une seconde question sur le sujet. Également questionnée par la presse, Mme Parly a quant à elle répondu que « la première des priorités est que l’enquête soit menée et que cette enquête soit crédible ».

Le président américain Donald Trump avait déclaré samedi que suspendre les ventes d’armes « ferait beaucoup plus de mal » à l’économie américaine qu’à l’Arabie saoudite. Dimanche, la chancelière allemande Angela Merkel a prévenu que Berlin n’autoriserait pas en l’état d’exportations d’armes vers l’Arabie saoudite. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a lui affirmé ne pas exclure que le Canada puisse annuler un important contrat de vente d’armes à Ryad.


avatarfranceinfo / AFP

France Télévisions