viol_enfants


L’Éducation nationale fait encore parler d’elle, hélas en mal. Par manque de surveillance ou de vigilance, le fait est que cet auxiliaire d’une vingtaine d’années a réussi à approcher des collégiens mineurs et à abuser de leur naïveté. Ce qui m’horripile au plus haut point, c’est cette excuse systématiquement brandie par tous ces détraqués qui, lorsqu’ils sont confondus et mis devant leur responsabilité, mettent en avant le consentement des victimes. Comme si le consentement d’un mineur pouvait constituer une raison valable, sachant parfaitement qu’un mineur est incapable de discernement et de jugement sur ce qui est ou non convenable pour lui. La faute incombe également aux programmes scolaires qui, au lieu de mettre l’accent sur l’instruction publique en apprenant aux élèves à écrire correctement et à raisonner sur des questions mathématiques ou scientifiques, introduisent un module sur la sexualité et la théorie du genre. Avec la banalisation des problèmes liés au sexe, les enfants encore trop jeunes sont perturbés et les prédateurs internes ou externes à l’institution, en profitent pour enrichir leur tableau de chasse. NVB hérite d’un secteur sinistré et il n’est pas sûr malheureusement qu’elle se sacrifie pour y mettre de l’ordre, n’étant qu’une simple marionnette entre les mains de ceux qui ont planifié ce désastre — ayant pour corollaire la chute vertigineuse du niveau scolaire — et qui ont proclamé que l’enfant n’appartenait pas à ses parents.


 [citation source= »AFP »]Un homme âgé d’une vingtaine d’années, auxiliaire dans un collège de Villeneuve d’Ascq (Nord) et entraîneur d’équipes de jeunes de football, a été mis en examen vendredi pour viols et corruption de mineurs, a-t-on appris auprès du parquet de Lille. « L’auxiliaire de collège a été mis en examen pour corruption de mineurs, viols et agressions sexuelles », a déclaré Bruno Dieudonné, procureur adjoint du parquet de Lille, confirmant une information de la Voix du Nord. « Il a été déféré vendredi et placé en mandat de dépôt, il doit être présenté mercredi devant le JLD (juge des libertés et de la détention, ndlr) », a-t-il ajouté, précisant que l’éducateur « reconnaissait les faits mais indiquait que les victimes de moins de 15 ans étaient consentantes ». Début avril, le président du club de football de l’US Ascq (division d’honneur régional) comptant 440 licenciés, alerte le procureur de la République. « Lors d’un loto, il a eu un comportement anormal vis-à-vis d’un jeune qui souhaitait venir au club, en l’embrassant sur la bouche », a déclaré dimanche à l’AFP Michel Hardy. « Je le surveillais depuis le mois de décembre car je trouvais qu’il avait trop de familiarité, sans avoir toutefois pu déceler d’actes répréhensibles », a-t-il poursuivi. Le violeur présumé, au club depuis cinq années, entraînait l’équipe des moins de 14 ans, et intervenait occasionnellement lors d’entraînements des moins de 12 ans. « Beaucoup de parents se posent des questions, on a mis en place une communication vis-à-vis des parents dont les enfants ont été en contact avec R. », a expliqué M. Hardy. « On n’avait pas de soucis particuliers avec lui, il contactait les jeunes au collège pour qu’ils jouent au foot chez nous », a-t-il dit Le rectorat de l’académie de Lille a souligné dimanche à l’AFP « que toutes les garanties ont été prises pour que tout se passe bien dans l’établissement lundi (le collège Rimbaud de Villeneuve d’Ascq, ndlr) ». « On est dans l’attente d’une décision de justice. La principale du collège sera à l’écoute des élèves, des parents d’élèves et des enseignants dans ce dossier », a ajouté le rectorat.[/citation]