La situation de la ville est tellement dramatique du fait de bâtiments risquant de s’écrouler à tout moment, que pendant la marche blanche organisée en hommage aux huit personnes décédées suite à l’effondrement de leurs immeubles, un balcon s’est détaché de la bâtisse et s’est écrasé au sol ! La situation est à l’image du maire Jean-Claude Gaudin dont l’âge avancé ne semble pas le pousser vers la sortie, bien au contraire. Marseille est la ville la plus sale de France, la plus embouteillée de France et la plus mal gérée. La mafia a infiltré les structures les plus élevées de la politique locale depuis des décennies. Une chose est certaine, ce genre d’accident va se multiplier, car les autorités ne vont absolument rien faire pour y remédier. À partir du moment où les quartiers sud sont très bien gérés, très propres, peu importe ce qui se passe ailleurs.


Alors qu’un hommage était rendu aux victimes de l’écroulement de deux immeubles vétustes à Marseille, un balcon s’est effondré sur la foule.

Faisant trois blessés sans gravité

Un balcon s’est partiellement effondré samedi à Marseille sur le parcours de la marche blanche en hommage aux victimes de l’écroulement de deux immeubles vétustes du centre-ville. Trois personnes ont été légèrement blessées.

Deux personnes, une femme de 59 ans et un garçon de 7 ans, sont tombés du premier étage après l’effondrement d’environ 1 m2 de ce balcon, ont précisé les marins-pompiers, assurant que leur état de santé n’inspirait aucune inquiétude. Une femme de 24 ans a aussi été légèrement touchée en recevant un bloc de pierre sur le pied.

Par précaution, l’ensemble du bâtiment a été évacué, même si son état général est satisfaisant, ont encore ajouté les marins-pompiers. Plusieurs témoins ont décrit l’effondrement de cette partie de balcon d’un immeuble du boulevard Garibaldi, dont des images ont été largement partagées sur les réseaux sociaux.

L’état de nombreux immeubles à Marseille est au cœur des polémiques et des critiques depuis l’effondrement lundi de deux bâtiments vétustes du centre-ville, qui a fait 8 morts. Samedi, les secours ont annoncé leur «certitude qu’il n’y avait aucune autre victime» sous les décombres.

Tout au long de la semaine, les critiques à l’égard de la gestion de Jean-Claude Gaudin (LR), aux manettes de la ville depuis 23 ans, n’ont cessé de croître. Un rapport remis en 2015 au gouvernement faisait état de 40000 logements indignes à Marseille, menaçant la sécurité de près de 100000 habitants (Marseille en compte plus de 860000 selon l’Insee).

Une enquête a été ouverte et confiée à la police judiciaire pour déterminer les circonstances exactes de la catastrophe et d’éventuelles responsabilités.


Source : ATS / AFP