macron_jj-mourad


Toujours la même technique : « Pas vu, pas pris, pas parti » ! Ils prennent dans leurs équipes des lobbyistes dont le sens du bien commun est à des années lumière de leurs préoccupations. Ils font campagne et proposent des choix politiques influencés par ces lobbysites afin qu’ils se fassent encore plus d’argent comme ce coup-ci, via Servier. Dès que la personne est dénoncée, ils font semblant de ne pas l’avoir su et la virent… Il faut être bien bête pour croire à une manœuvre si grossière.


Jean-Jacques Mourad, l’un des deux conseillers Santé du candidat d’En marche! vient de démissionner en raison de liens d’intérêts importants avec le laboratoire Servier, fabricant du Mediator.

Le discours d’Emmanuel Macron concernant la santé était-il influencé par l’un de ses anciens conseillers qui a présenté sa démission mardi matin pour cause de conflits d’intérêts? Visiblement en tous cas, l’équipe de campagne du candidat Macron ne connaissait pas l’existence du site internet mis en place par le gouvernement après l’affaire Mediator, la base Transparence Santé. Si elle l’avait regardé, aurait-elle choisi le Pr Jean-Jacques Mourad, interniste à l’hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour être le conseiller Santé du candidat à la présidentielle? Car tout était là. Une liste longue comme le bras de liens d’intérêt avec Servier, le fabriquant du Mediator.

Entre le 1er janvier 2013 et fin juin 2016, le Pr Mourad comptabilise plus de 66 interventions payées par le groupe pharmaceutique (donc une à deux par mois) et plus de 80.000 euros de frais de restaurant et de transport. Le 20 janvier 2014, il a même bénéficié d’une nuit d’hôtel d’un prix de 900 euros.

L’alerte concernant le Pr Mourad est venue du Formindep. Ce dimanche, l’association qui milite pour une information médicale indépendante a demandé sur Twitter : « Qui parle ? Le porte-parole de Macron ou le speaker de Servier ? » Le Formindep s’est ému après la participation du médecin aux Rencontres de l’officine, le 4 mars, à Paris, où il représentait Emmanuel Macron.

« Quand vous faites du mal à vos laboratoires pharmaceutiques »

Du coup, la relecture des discours du candidat sur les questions de santé est instructive. Le 6 janvier 2017, lors d’un discours à Nevers, Emmanuel Macron dit: «Vous le savez, nous prenons à 100% en charge les affections longue durée (ALD). En 2011, une mauvaise décision a été prise: celle qui a consisté à sortir des ALD l’hypertension artérielle. (…) Il y a 1 million d’hypertendus sévères, il y en a 50.000 chaque année. Et là c’est une bêtise de ne pas bien les couvrir. Pourquoi? Parce qu’ils font, ces hypertendus, des accidents vasculaires cérébraux plus facilement, des pathologies, des lésions, des maladies beaucoup plus graves qui vont nous coûter beaucoup plus cher dans six mois, dans un an. Et donc je veux que les hypertendus sévères soient désormais pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie.»

Précisons que le Pr Mourad démissionnaire est un grand spécialiste de… l’hypertension. Et que le laboratoire Servier a justement pour médicaments phares des hypotenseurs. Un peu plus loin, dans le même discours de Nevers, le candidat ajoutait: «Quand vous faites du mal à vos laboratoires pharmaceutiques, comme on l’a fait, ils détruisent de l’emploi, ils ferment des sites.»

L’autre conseiller de Macron est un proche de Didier Tabuteau

La base Transparence Santé avait été créée par la loi du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé. Elle vise à garantir l’indépendance et l’impartialité des décisions prises en matière de santé. le site Transparence Santé recense ainsi les données issues de déclarations réalisées par les entreprises qui sont mises à jour deux fois par an. Elles y restent accessibles pendant cinq ans. Les entreprises sont responsables de l’exactitude des contenus publiés.

Le Pr Mourad est le frère de l’un des plus proches conseillers du candidat d’En marche! , Bernard Mourad. Ce dernier est un ancien de la banque Morgan Stanley, c’est un spécialiste du secteur des Telecoms.

Auprès de Macron, reste un conseiller Santé, le Pr Jérôme Salomon. L’homme n’est pas un inconnu: c’est un « Kouchner boy », et un proche de Didier Tabuteau, l’ancien directeur de cabinet de Bernard Kouchner au ministère de la Santé et premier directeur de l’Agence du médicament de 1993 à 1997… à des dates clés du Mediator. La boucle est bouclée.

Anne Jouan – Le Figaro.