Décidément nous vivons une époque formidable où tout est possible même la résurrection des morts. c’est pour ça qu’il faut faire très attention aux statistiques officielles et absolument tout revérifier.


Rogelia Blanco est retournée dans sa maison de retraite à Xove, en Espagne, après sa mort, bien qu’elle soit décédée du COVID-19.

Une femme espagnole âgée a stupéfié sa famille lorsqu’elle s’est présentée à sa maison de soins infirmiers – plus d’une semaine après avoir appris qu’elle était décédée du COVID-19. 

Les proches de Rogelia Blanco ont été informés que la femme de 85 ans était décédée du virus le 13 janvier et que ses funérailles avaient lieu le lendemain, selon le journal La Voz de Galicia. Ils n’ont pas pu y assister en raison des protocoles en place pendant la pandémie. 

Mais samedi – 10 jours plus tard – elle est revenue à la maison de Xove, dans le nord de l’Espagne. Son mari, qui y habite également, était en état de choc. 

« Je ne pouvais pas y croir », a déclaré son mari au journal. « Je pleurais, après la mort de ma femme. »

La confusion s’est produite lorsque Blanco et d’autres résidents testés positifs au COVID-19 ont été transférés dans une autre maison, la résidence Os Gozos à Pereiro de Aguiar, à environ 220 km, pour un traitement spécialisé à la fin du mois dernier.

La femme décédée était en fait la colocataire de Blanco. 

« Parmi les personnes âgées transférées, il y avait deux femmes à qui on a attribué la même chambre », a déclaré au journal la Fondation San Rosendo, qui gère la maison de retraite Xove. « Une erreur d’identification au cours du processus de transfert de Xove à Pereiro de Aguiar a entraîné la mort de l’un d’entre eux qui a été certifié le 13 janvier, bien que l’identité ait été attribuée à tort. 

La fondation a exprimé ses regrets et a qualifié la confusion d ‘« incident malheureux », selon le journal.