table_de_jeu
Les sommes mises en jeu pendant certaines parties de poker seraient largement supérieures à celles déclarées au fisc. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Ce qui est inquiétant et grave c’est que l’État laisse faire les casinos qui ne sont que des gigantesques machines à piller, voler et escroquer les citoyens. C’est ça qui est scandaleux, c’est le fait d’organiser ce pillage via la Française des jeux et la construction de plus en plus de casinos sur le territoire, fabriquant ainsi des ludopathes qui ont détruit leur foyer familial. En d’autres termes, vous commencez à comprendre que l’État n’agit pas dans l’intérêt du citoyen, il serait même judicieux et plus juste de ne plus l’appeler État mais ploutocratie ou junte.


Sept personnes ont été placées en garde à vue, dont trois directeurs de casinos Partouche du sud-est de la France.

Les montants joués lors de plusieurs parties de pokers seraient jusqu’à 20 fois plus important que ceux déclarés au fisc.

Dans le cadre d’une enquête pour « blanchiment de fraude fiscale, abus de bien sociaux et tenue illicite d’une maison de jeux et de hasard », six hommes et une femme ont été placés en garde à vue depuis dimanche. Parmi eux, il y a trois directeurs de casinos du groupe Partouche situés dans le sud-est de la France, a appris franceinfo de source proche du dossier.

Les enquêteurs de la police judiciaire s’intéressent de près à des parties de poker disputées dans les casinos, notamment le célèbre établissement de Cannes. Depuis plus d’un an et demi, les montants joués dans certaines parties seraient largement supérieurs à ceux déclarés au fisc, jusqu’à 20 fois plus.

Fermeture administrative demandée pour les 3 casinos soupçonnés

Les directeurs d’établissement et les responsables des jeux auraient laissé faire, en échange de commissions. La fermeture administrative des trois casinos soupçonnés a été demandée. Une très mauvaise nouvelle pour le numéro 2 français des casinos, qui venait de renouer avec les bénéfices depuis deux ans.

Les policiers du Service central des courses et jeux ont agi dans le cadre d’une commission rogatoire délivrée par la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille, la JIRS.


France TV Info