C’est à peine croyable, tant la somme est gigantesque et pourtant, c’est la réalité. La réalité de 20 ans de pillage sous la direction du chef de la bande mafieuse, Abdelaziz Bouteflika. On vous laisse imaginer ce qui aurait pu être réalisé avec ses 40 000 milliards de centimes comme infrastructures hospitalières, universitaires…


Sans doute une première mondiale !

Le PDG de la banque Crédit Populaire d’Algérie (CPA), placé dimanche 17 juin,  en détention préventive par le juge d’instruction, près le tribunal de Sidi M’hamed à Alger, dans le cadre de l’affaire Sovac, a provoqué un trou financier de prés de 400 milliards de DA, soit 40.000 milliards de centimes !

Omar Boudieb qui était Pdg de cette banque étatique durant 3 années aura commis un des plus grands crimes économiques jamais enregistrés dans les annales bancaires. Il avait été limogé en juin 2018, suite à son implication dans l’affaire « Kamel le Boucher », mais des expertises effectuées sur son passage à la tête de cet établissement financier font ressortir qu’il l’a tout simplement saigné, ruiné et mis à genou !

Qualifié d’incompétent et corrompu, ce que révèle le site Algérie Tout à l’heure, dans son édition de lundi 18 juin est tout simplement incroyable.



Selon ce site, plusieurs expertises démontrent que le quator de l’oligarchie incarcéré à la prison d’El Harrach, à savoir les Tahkout, Haddad, Kouninef et Oulmi ont pu faire sortir grâce à ce responsable la bagatelle de 40000 milliards de centimes de crédits auprès du CPA. Ainsi rien que pour le Pdg du Groupe Sovac, Mourad Oulmi, Omar Boudieb a accordé des crédits à hauteur de 3700 milliards de centimes. Le Pdg de Sovac a d’ailleurs été placé en détention le même jour.

L’hémorragie est telle que les experts n’excluent pas « une éventuelle banqueroute de cette banque publique ».


Ma Revue de Presse DZ

20 juin 2019