C‘est à peine croyable de voir autant de violence et de mépris de la loi réalisés en si peu de temps ! Michel serait mort s’il n’était pas aussi costaud ! Il serait mort et le médecin légiste aurait expliqué qu’il s’agissait d’une « crise cardiaque » à l’instar de bien d’autres victimes !

Se mettre à 10 contre une seule personne en frappant la tête et le crâne des dizaines de fois avec des matraques ne peut être que considéré comme une tentative de meurtre. Cette dernière est aggravée par la volonté de le gazer chez lui ! La victime croyait d’ailleurs que c’était son dernier jour sur terre ! Faut-il ajouter que les policiers sont entrés chez lui en toute illégalité sans aucun mandat ni même une raison valable ! Comment est-ce possible ?! S’agit-il de policiers ou de voyous sans foi ni loi ?

Pour couronner le tout, les policiers responsables de ce carnage vont commettre un crime abominable, un faux et usage de faux en écriture publique passible des assises.

Pour que des policiers agissent en nombre ainsi il faut qu’ils baignent dans une ambiance d’impunité aux conséquences criminelles. La loi v est là pour les conforter dans cette impunité interdisant aux victimes et citoyens témoins de cette violence policière de filmer ! Le préfet Lallemant et G. Darmanin, sous la direction de Macron et Castex, sont les seuls responsables de ces dérives car ils les permettent.

Sans la vidéo, Michel serait en prison aujourd’hui et transformé en voyou barbare ayant voulu arracher les armes de ses agresseurs pour les tuer. Darmanin serait passé à la télévision pour expliquer à quel point la loi Sécurité globale était nécessaire pour protéger ces pauvres policiers victimes du sauvage « noir » ! Les représentant des syndicats de policiers seraient aussi passés à la télé pour expliquer à quel point ils sont violentés dans leur mission quotidienne de défense de la loi et des citoyens…

Darmanin demande que qu’une « procédure disciplinaire puisse être conduite dans les plus brefs délais » sauf qu’il ne s’agit plus de discipline ici mais de crimes commis en bande organisée par des policiers ! On est encore très loin du compte, il ne se rend pas compte de la gravité de la situation, ou plutôt il fait semblant de ne pas le comprendre. Ajoutons à cette affaire les dernières violences policières commises contre des journalistes et migrants, violence gratuite et stupide contre la liberté de la presse qui démontre encore une fois que la France est en pleine dérive autoritaire dictatoriale.