Nous sommes dirigés par des politiciens qui ne respectent pas la loi, qui la piètinnent quotidiennement car ils la méprisent. Jean-Paul Delevoye savait parfaitement que sa mission gouvernementale ne lui permettait pas de cumuler 13 mandats, qu’ils soient rémunérés ou bénévoles, mais il le fait quand même et pire que tout, le premier ministre continue de le soutenir ! C’est à se demander qui respecte la loi dans ce gouvernement Macron !

Nous savons tous que cette nouvelle réforme des retraites arrange les affaires des fonds de pensions et autres vautours qui ont soufflé l’idée à l’oreille du bankster Macron. Le conflit d’intérêts est le pire ennemi de la politique et de l’intérêt des peuples ; pourtant ce n’est pas condamné par l’exécutif !


Le Monde révèle les détails de la déclaration d’intérêts corrigée de Jean-Paul Delevoye, fragilisé par de nombreuses révélations sur ses activités professionnelles.

Ce dernier a également revu à la hausse les sommes perçues.

« La bonne foi de Jean-Paul Delevoye est totale », déclare ce samedi Édouard Philippe au Parisien. Pourtant les révélations continuent de secouer le haut-commissaire aux retraites. Le journal Le Monde a pu consulter la nouvelle version de la déclaration d’intérêts envoyée par Jean-Paul Delevoye, à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Elle revoit à la hausse certains salaires perçus par le haut-commissaire.

Après les révélations du Parisien, Le « Monsieur retraites » du gouvernement avait reconnu avoir omis de déclarer à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), qui scrute patrimoine et activités des membres du gouvernement, sa fonction d’administrateur bénévole dans un institut de formation de l’assurance, l’Ifpass. D’autres oublis sont apparus depuis : il siège bénévolement depuis 2016 au conseil d’administration de la Fondation SNCF, et préside l’Observatoire régional de la commande publique des Hauts-de-France.

Selon Le Monde, Jean-Paul Delevoye a finalement déclaré treize mandats, dont onze sont bénévoles, contre trois initialement déclarés. Le haut-commissaire figure par exemple au conseil d’administration de deux associations de « Civic tech ». Il préside deux associations liées à la musique classique. Jean-Paul Delevoye figure également au comité stratégique de la Fédération française des diabétiques, dont il est « ambassadeur » depuis des années.


« Je n’en veux à personne sauf à moi »

Autre nouveauté, dans cette déclaration corrigée, Jean-Paul Delevoye revoit à la hausse les sommes perçues : il déclare 78 408 euros net au titre de son contrat de conseiller pour IGS en 2017, contre 40 000 euros net dans sa première version. Le salaire de son poste de président d’honneur du think tank Parallaxe, qu’il a cumulé…


Photo d’illustration : Jean-Paul Delevoye a omis de déclarer plusieurs activités auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.  REUTERS/Benoit Tessier

LeParisien
14 décembre 2019