Histoire complètement affolante qui démontre que le compteur Linky n’est pas du tout installé pour faire des économies d’électricité ; la preuve en est que le montant des factures de cette pauvre dame a été multiplié par cinq. Pire encore, EDF ira jusqu’à lui couper l’électricité sans jamais envoyer personne pour vérifier s’il y avait une anomalie. Couper l’électricité à une personne aussi âgée peut être extrêmement dangereux car attraper froid à son âge peut-être fatal.

On peut constater que depuis quelques années la France a complètement changé, elle se déshumanise totalement. En effet, lorsque l’on voit un homme donnant quelques pièces à une SDF se prendre une amende de 100 € par des agents de la SNCF ; lorsque l’on voit quelqu’un qui a volé une tablette de chocolat prendre une peine de prison ferme ou tout simplement cette personne âgée se faire maltraiter de la sorte par une entreprise qui brasse des milliards d’euros, on ne peut que se rendre à cette évidence ! Malheureusement, la justice sera très conciliante envers EDF et l’amende sera très basse, ce qui les encouragera à continuer leur politique dégueulasse.


Gilberte Morel, une habitante d’Arras âgé de 84 ans, avait vu sa facture annuelle d’électricité multipliée par cinq.

La justice lui a donné raison.

Ce dimanche, Gilberte Morel a bu une coupe de champagne. Un petit plaisir que l’octogénaire ne s’octroie pas souvent. Cette habitante d’Arras, dans le Pas-de-Calais, fêtait sa récente victoire dans un procès contre EDF et Enedis. Ses ennuis ne datent pas d’hier : en février 2017, après la pose d’un compteur d’électricité connecté Linky, cette Arrageoise voit sa facture annuelle d’électricité multipliée par cinq, passant de 100 euros à près de 500 euros.

« C’était affolant… J’ai juste un petit frigo, une télévision et une machine à laver. Je vis un peu à l’ancienne », reconnaît-elle. Elle contacte alors EDF, qui fait la sourde oreille : « Ils m’ont dit que j’avais triché, en manipulant mon ancien compteur, s’indigne-t-elle. Je les ai invités à venir voir que j’ai peu d’appareils, mais personne ne s’est déplacé et ils m’ont demandé de payer… ».

Du haut de ses 85 ans, Gilberte Morel résiste, malgré les relances et la coupure d’électricité qu’elle finit par subir.


« J’appuie sur le disjoncteur avant d’aller au lit »

« C’était une question de principe ! J’ai continué à verser la même somme qu’avant ». Sa ténacité a payé. Soutenue par deux collectifs, l’ACCAD et CALGEA62, l’octogénaire vient de faire condamner EDF et Enedis, contraints de lui verser 1500 euros de dommages et intérêts, ainsi que 800 euros au titre de l’aide juridictionnelle.

Soulagée par cette victoire, après plusieurs nuits agitées, Gilberte Morel n’est toutefois pas sereine. L’Arrageoise continue de surveiller son compteur Linky matin et soir. « J’appuie même sur le disjoncteur avant d’aller me coucher, pour ne pas avoir de mauvaises surprises… »


Photo d’illustration : Gilberte Morel, qui a gagné son procès, a eu l’électricité coupée pendant une partie de son contentieux avec EDF. Radio France/Charlotte Perry

Élodie Soury-Lavergne

LeParisien

25 novembre 2019