La crise économique qui nous attend est vraiment très grave et ses conséquences seront bien plus lourdes que le coronavirus lui-même.


Le groupe ADP a enregistré une perte nette de 543 millions d’euros au premier semestre, contre un bénéfice net de 250 millions d’euros l’an dernier.

Le redécollage s’annonce long. Il faudra attendre entre 2024 et 2027 pour que le trafic des aéroports parisiens, terrassé par le choc brutal de la crise du coronavirus, retrouve son niveau d’avant-crise, a annoncé lundi 27 juillet le groupe ADP.

Au premier semestre, ADP, qui gère directement ou indirectement plus d’une vingtaine d’aéroports dans le monde dont Paris-Orly et Paris-Charles-de-Gaulle, a enregistré une perte nette de 543 millions d’euros, contre un bénéfice net de 250 millions d’euros il y a un an, en raison des fermetures de frontières qui ont cloué au sol la quasi totalité des flottes d’avions.

« C’est la première fois depuis 50 ans que le trafic aérien connaît un à-coup aussi brutal et il est avéré que le rétablissement sera très progressif : un retour au niveau de trafic de 2019 à Paris est anticipé entre 2024 et 2027 », a commenté le PDG du groupe Augustin de Romanet, cité dans un communiqué.

Un manque à gagner de plus de 400 milliards 

L’Association internationale du transport aérien (Iata) estime que le trafic aérien au niveau mondial devrait retrouver son niveau d’avant-crise en 2023 et prévoit un manque à gagner en termes de chiffre d’affaires de 419 milliards de dollars en 2020.

Le Groupe ADP mise sur un retour du trafic domestique à son niveau de 2019 probablement « dès 2021 » et de celui de la zone Schengen « en 2021 ou en 2022 au plus tard », a expliqué à des journalistes le directeur financier du groupe Philippe Pascal. Mais le retour à la normale sera freiné par la lenteur du rétablissement du trafic international.

Les liaisons long-courrier vont en effet souffrir, selon lui, d’abord de la décision des Etats d’ouvrir ou de fermer les frontières en fonction de l’évolution de la pandémie, des « difficultés liées à la demande » en raison d’un pouvoir d’achat en baisse ou de voyages d’affaires moins nombreux, d’une offre moins importante avec un « recentrage » des réseaux des compagnies aériennes sur les lignes les plus rentables et enfin de la « baisse des flottes d’avions liées à l’arrêt ou la vente d’un certain nombre d’avions ».


Photo d’illustration : le tarmac de l’aéroport Roissy – Charles de Gaulle, près de Paris, le 23 juin 2020. (UGO PADOVANI / HANS LUCAS / AFP)

avatarfranceinfo / AFP

France Télévisions
27 juillet 2020