Nous sommes quand même face à un marché d’1 million d’euros octroyé par la seule grâce du favoritisme ! Ce n’est pas rien ! Bien sûr, Patrick de Carolis aura une défense classique, il va oser affirmer à la barre que ce n’est pas lui qui s’était occupé des contrats mais ses collaborateurs. La même défense à laquelle a recouru Nicolas Sarkozy qui expliquait que ce n’était pas lui qui s’occupait des meetings et de leur financement ! Sauf que la justice a besoin d’un responsable légal, c’est ce dernier qui doit rendre compte et ce genre d’excuses ne sont jamais acceptées. Quant à Monsieur Bastien Millot, sa défense consistera à crier au complot et aux règlements de comptes. Un grand classique.


L’ancien président du groupe télévisuel a été reconnu coupable de « favoritisme » pour des contrats passés en 2008 et 2009.

Ces derniers avaient été passés sans mise en concurrence.

La cour d’appel de Paris a confirmé les condamnations de l’ancien patron de France Télévisions Patrick de Carolis et du fondateur de la société Bygmalion Bastien Millot, mercredi 17 avril. Le tribunal a prononcé à leur encontre une peine de cinq mois de prison avec sursis pour avoir passé des contrats entachés de favoritisme.

Les juges ont également confirmé l’amende de 25 000 euros infligée par le tribunal correctionnel en janvier 2017 à Patrick de Carolis, reconnu coupable de « favoritisme ». Ils ont en revanche alourdi celle de Bastien Millot, coupable de « recel », en la faisant passer de 75 000 euros à 100 000 euros. Les deux hommes étaient absents au délibéré.

Des dommages-intérêts pour des syndicats

Lors du premier procès, un troisième homme, Camille Pascal, ancien secrétaire général du groupe de télévision public…

 


Photo d’illustration : l’ancien président de France Télévisions Patrick de Carolis lors de son arrivée au tribunal de Paris, le 14 novembre 2016. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)