Affaire de l’École Nationale des Beaux Arts : Gérard Holtz et Manuel Valls à la manœuvre ?

0
PARTAGES
0
VUES

holtz_valls


Il semblerait qu’en France, en 2015, ce soit les journalistes sportifs qui prennent les grandes décisions en matière culturelle ; à quoi bon avoir une ministre de la culture et dépenser un salaire si élevé si G. Holtz travaille gratuitement pour cela ! N’est-ce pas merveilleux chers lecteurs…


CHAISES MUSICALES – Selon le « Journal des Arts »,  d’intervenir afin que sa femme Muriel Mayette-Holtz obtienne le poste de directrice de la Villa Médicis.

L’affaire de l’école des Beaux Arts avait fait grand bruit. En effet, le directeur de cette prestigieuse école, Nicolas Bourriaud s’est vu signifier son limogeage par Fleur Pellerin, ministre de la Culture au motif que le projet pédagogique changeait. D’après le Canard Enchainé, celle qui tirait les ficelles était Julie Gayet afin de recaser Eric de Chassey, le mari de son ami l’actrice Anne Consigny, dont le mandat à la Villa Médicis prend fin en septembre prochain. Or, dans le Journal des Arts, on apprend aujourd’hui que la compagne de François Hollande a été la victime indirecte de cette histoire et qu’en réalité, celui qui aurait réclamé la tête du directeur de l’école, c’est le journaliste de France Télévisions, Gérard Holtz.

Un jeu de chaises musicales

D’après la publication, c’est Manuel Valls, Premier ministre qui serait à l’origine du non-renouvellement de Nicolas Bourriaud à la tête de l’École Nationale des Beaux-Arts. C’est là que serait intervenu Gérard Holtz, dont la femme, Muriel Mayette-Holtz aurait quelques vues sur le poste d’Eric de Chassey, à la Villa Médicis. Exit donc, Nicolas Bourriaud à la tête de l’École Nationale des Beaux Arts, bonjour Eric de Chassey et par ricochet, Muriel Mayette-Holtz, à la Villa Medicis. Le journaliste sportif n’a par ailleurs, jamais caché les liens d’amitié qui l’unissent au Premier ministre. En février dernier, il avait adressé publiquement son soutien à Manuel Valls, lors des discussions de la Loi Macron, qui lui avait remis la Légion d’honneur quelques mois auparavant : « Je salue le courage de Manuel Valls qui est mon ami ». Il avait également évoqué des échanges « de textos de temps en temps », ajoutant dans la foulée : « Et lui au moins, contrairement à certains patrons de France Télévisions, il me répond dans les 20 secondes qui suivent ». Et Pan !

Amandine Rebourg

En rapport : Articles

Article Suivant

SUIVEZ-NOUS

Contenu Premium

Pas de contenu disponible

CES 7 DERNIERS JOURS

Heureux de vous revoir!

Se connecter avec votre compte

Créer un Nouveau Compte!

Remplissez les champs pour vous enregister

Récupérer votre mot de passe

Merci d'entrer votre nom d'utilisateur ou votre email pour réinitialiser votre mot de passe

Êtes-vous sûr de vouloir débloquer cet article?
Débloquages restant : 0
Êtes-vous sûr de vouloir annuler votre abonnement?