La France – on parle du gouvernement bien entendu – est tellement complice de la junte militaire corrompue, au pouvoir en Algérie, qu’elle laisse, sans réagir et sans rien dire, une femme médecin activiste politique prendre une année de prison ferme pour des posts Facebook et pour avoir exprimé une opinion politique ! Imaginez une seconde le cas d’une iranienne à laquelle on aurait interdit de se découvrir les cheveux ! On aurait assisté à une mondiale de toute la presse mainstream avec organisation de conférences, films et autres expositions… Quelle belle bande d’hypocrites !


Le climat de répression contre les opposants politiques s’est accru en Algérie ces derniers mois.

La répression se poursuit contre les opposants politiques en Algérie. La militante Amira Bouraoui, célèbre opposante de l’ère du président déchu Abdelaziz Bouteflika, a écopé dimanche 21 juin d’un an de prison ferme, avec incarcération immédiate, a annoncé un de ses avocats. Cette décision de justice traduit le durcissement actuel du régime en Algérie. Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes ont exprimé leur tristesse et leur indignation.



Nesrine Oul@NesrineOul

Un an de prison ferme pour Amira Bouraoui… pour s’être exprimée en toute liberté…
Est-ce pour cette Algérie que nous sommes sortis par millions le 22 Février 2019 ?!!!
Sûrement pas !



« Le pouvoir a profité de la trêve »

Le régime algérien a multiplié ces derniers jours les interpellations et condamnations de militants du « Hirak » afin d’enrayer le retour de la contestation au moment où s’amorce le déconfinement. Cela n’a pas empêché des centaines de protestataires de reprendre leurs marches hebdomadaires du vendredi, notamment en Kabylie.

Avec environ 200 arrestations depuis le début du confinement décrété mi-mars pour lutter contre le nouveau coronavirus, « le pouvoir a vite profité de la trêve pour arrêter le maximum d’activistes », affirme Saïd Salhi, vice-président de Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH). Ils sont poursuivis pour « des délits d’opinion et d’expression en lien avec des publications sur les réseaux sociaux, notamment Facebook », souligne-t-il. Leurs domiciles sont perquisitionnés, leurs téléphones confisqués.

La plupart des poursuites s’appuient sur le nouveau code pénal, adopté le 22 avril en pleine crise sanitaire. Pour Saïd Salhi, il s’agit d’« une attaque irresponsable, à la limite de la provocation, contre les droits humains fondamentaux. »


Photo d’illustration : Amira Bouraoui lors d’une manifestation contre la décision d’Abdulaziz Bouteflika de se présenter pour un quatrième mandat, le 16 avril 2020, à Alger. (LOUAFI LARBI / X01874)