On a rarement vu ni lu un article aussi violent concernant la promotion de la pédocriminalité, cette fois-ci en Allemagne. Il est même très difficile de pouvoir finir la lecture de l’article. Que peut-il donc se passer dans la tête d’un dirigeant politique pour se laisser aller à une telle abomination ! Cet article est la preuve même de l’existence de réseaux pédocriminels puissants et donc protégés ; c’est la preuve définitive du complot.


Pendant plus de trente ans, les services sociaux de la capitale allemande ont confié en toute connaissance de cause la garde d’enfants à des pédophiles, dans le cadre d’une « expérience » promue par un sexologue.

Le concierge Fritz H. a pu violer au moins neuf garçons mineurs sans jamais être inquiété, pendant plus de trente ans. Et pour cause : les enfants, âgés parfois de 6 ans, lui étaient confiés directement par l’administration berlinoise chargée de l’aide sociale des mineurs.

Fritz H. avait pourtant été condamné pour abus sexuel. Malgré cela, les fonctionnaires ont continué à lui confier la garde d’enfants. Tous les avertissements ont été ignorés par les autorités. « Il y aurait dû y avoir des contrôles. Ils n’ont jamais été effectués », déplore Wolfgang Schröer, l’un des experts du groupe de travail de l’université d’Hildesheim, à qui la mairie de Berlin a confié une étude sur ce scandale.

Au contraire, les services sociaux ont préféré défendre Fritz H., qui était payé pour les gardes d’enfants jusqu’en 2003, l’année où ces pratiques ont cessé. L’une de ses victimes, un garçon handicapé, le paiera de sa vie. On retrouvera l’enfant mort chez lui dans des circonstances jamais éclaircies. […]


Photo d’illustration : le sexologue Helmut Kentler faisait partie de ce courant pédagogique qui estimait que les relations sexuelles d’adultes à enfants n’étaient pas préjudiciables. Akg-images/ullstein bild – Ingo Barth

Christophe Bourdoiseau,

Correspondant à Berlin (Allemagne)
Le Parisien
19 juin 2020