Quel boulet ! Aucune dignité, 43 millions d’Algériens lui demandent de « dégager » et il n’a toujours pas compris le message ! Quelle est la maladie qui peut rendre un homme aussi indigne ?


En prison ou en liberté, les décideurs algériens sont vomis par le peuple. Aucun d’entre eux n’est épargné

Hier dimanche, le Premier ministre Noureddine Bedoui a échappé de justesse à un lynchage populaire dans la wilaya de Djelfa, où il a tenté d’effectuer une visite de travail. Des milliers de citoyens sont venus l’accueillir pour le huer.

« Voleurs », « criminels », « traîtres », « serviteurs de la France »,… sont autant de qualificatifs auxquels a eu droit Nourddine Bedoui. Il a passé le quart d’heure le plus sale de sa vie de commis du pouvoir.

Les services de sécurité ont eu toutes les peines du monde pour le protéger et l’évacuer. (voir la vidéo en bas)



DZVidéo