Le côté sulfureux secret est complètement stupide car tous connaissaient son identité et son visage. Une seule photographie suffit à identifier une personne. Comment a-t-il fait pour rester à son poste jusqu’à l’âge de 76 ans ?!! Il est intéressant aussi de voir qui le remplace, car Tartag, de son vrai nom Sahraoui El-Bachir, alias Athmane, alias El-Bombardi, n’est rien d’autre qu’un double du système, le n° 2 du même DRS de Toufik, du coup, il est très approximatif, voire mensonger de dire qu’une page de l’histoire de l’Algérie a été tournée !!! Il restera à son poste ou sera mis à la retraite une troisième fois dans un jeu de chaises musicales — un jeu du pouvoir — qui relève plus de l’improvisation que de la stratégie ; l’essentiel de la politique algérienne se déroule et se décide à Paris.


 

C’est, sans doute, la nouvelle la plus importante depuis le début de cette année”, note Algérie-Focus. Dimanche 13 septembre, le puissant général Mohamed Mediene, alias Toufik, âgé de 76 ans, “a été admis à la retraite” après 25 ans à la tête des services secrets algériens (DRS).

“Il était considéré parmi les plus anciens chefs des services de renseignement dans le monde. Il avait pris en main le DRS au moment où l’Algérie s’enfonçait dans une sale guerre qui a fait des milliers de morts. Aujourd’hui encore, personne ne connait les dessous de cette crise des années 90. Le général Toufik est donc parti en emportant avec lui tous ses secrets.”

Mohamed Mediene est remplacé par le général Athmane Tartag, dit Bachir.“C’est une nouvelle page de l’histoire de l’Algérie qui est en train de s’écrire”, juge le site d’information.

Parmi les secrets bien gardés par le général Toufik : il aura tenu vingt-cinq ans sans qu’on connaisse vraiment son visage, observe Abdou Semmar dans un autre article d’Algérie-Focus“Ce nom évoquait uniquement le mystère, l’intrigue et le secret. A peine quelques photos de lui circulaient sur le Web. Trois à quatre photos, pas plus. Les mêmes étaient reprises par les médias du monde entier pour parler du chef ténébreux du DRS”. 

Si, bien sûr, le général a participé à de nombreuses cérémonies officielles où il aurait pu être photographié et filmé, “aucun média algérien n’avait osé révéler des clichés du général Toufik. Il aura fallu donc attendre sa mise à la retraite le 13 septembre 2015 pour qu’une chaîne de télévision privée algérienne nous offre cet extrait vidéo inédit”.