Cet agent de la CIA, cet hypocrite à la solde des services secrets US, ce traître de Robert Ménard ose parler ainsi à des hommes qui ont tout perdu, voyagé des milliers de kilomètres sans aucune perspective d’avenir, car l’Occident a décidé de déstabiliser leur pays. Comble de la chutzpah (excusez le pléonasme), il vient se faire passer pour une victime de ces monstres de réfugiés, voleurs des richesses des Français ! Il est encore plus abject de filmer cette scène et de l’instrumentaliser politiquement. Que dire alors du fumeux et grossier photomontage des trains à destination de Béziers.

Est-il utile de rappeler les rapines de la France commises ACTUELLEMENT même en Afrique et non, comme on voudrait le faire accroire, dans un passé colonial lointain ? Oui, monsieur l’agent de la CIA, l’électricité qui alimente cet appartement ne peut être produite que par le vol et la corruption des maçons, politiques véreux africains, par Aréva, EDF… Est-il utile de rappeler la responsabilité de la France dans la destruction du Moyen-orient avec toutes les guerres successives dans lesquelles elle a participé en tant que vassale de l’Amérique ?

On ne l’entend jamais le Ménard quand il s’agit de dénoncer l’arnaque du siècle des 2000 milliards d’euros volés aux Français via l’article 104 de Maastricht ? Non !!! Ces questions sont secondaires aux yeux de ce traître à la solde de l’empire et de ses banksters. Pire encore, en France, des milliers de personnes squattent sans gêne aucune des maisons, ce qui nécessite des procédures judiciaires très longues et coûteuses ; et pourtant, il n’en fait pas une affaire d’état ; il ne se déplacera jamais pour si peu…

Robert Ménard est ou a été agent de la CIA au service de sa stratégie propagandiste contre Cuba et a fricoté avec des terroristes parmi les plus recherchés par le FBI. Ménard a été payé par des succursales écrans de la CIA et Maxime Vivas en a donné les preuves dans son livre qui n’a jamais été attaqué en justice par Ménard.

C’est clair que ce n’est pas le Ménard qui eût accueilli les réfugiés juifs fuyant le nazisme en 39-45. Et pourtant, il est capable de faire pleurer dans les chaumières, s’il avait à traiter aujourd’hui de cet épisode peu glorieux de l’histoire européenne.